Backslash gallery

A+ R A-
Wednesday, 09 July 2014 16:09 Published in Blog



La ville de Saint-Etienne Métropole accueille en cette période estivale les œuvres de Tania Mouraud dans deux de ses lieux artistiques : le Musée d’Art Moderne (une exposition monographique, Exhausted Laughters) et  le M.U.R., surface de 8 m x 3 m occupée chaque mois par l'œuvre d'un artiste invité (ici avec l’œuvre ECLHCPDC).






Lorsque l’on se promène rue du Frère Maras, nous sommes tout d’abord confrontés à un collage de larges bandes noires, traits épais et droits qui se sont répandus sur toute la hauteur du mur. Tel un labyrinthe dont personne n’aurait les clés, la réalité de la phrase « et cependant les hirondelles chantent près des cheminées » échappe au premier abord à notre regard pour devenir un ensemble de signifiants visuels. Ainsi, si l’on est joueur et si l’on prend son rôle de regardeur à cœur, au prix d’un effort d’observation, les caractères typographiques prennent du sens. Ils nous plongent ainsi dans la voie de l’artiste qui interroge la relation liant "celui qui voit", "l’acte de voir" et "l’objet vu". 
Cette intervention surprenante fait écho à l’exposition composée de six pièces, vidéos et installations au MAM de Saint-Etienne en cela qu’elle est également un défi pour l'esprit, les sens et les émotions.











Le vernissage de l’exposition qui a eu lieu le 13 juin s’est déroulé en présence de l’artiste et des différents acteurs du musée, tous impatients de faire découvrir cet ensemble inédit au grand public!











Dans la continuité de ses "wall paintings", le travail vidéo de Tania Mouraud rend en effet l’identification de l’image impossible et joue du hiatus entre le perçu et le vécu. Bien qu’autonomes, ses œuvres tissent au fil du parcours une trame narrative ; il est question de la mort, de l’impossible deuil, de la difficulté du travail de mémoire, de l’humanité déchirée par la souffrance et la cruauté. Dans cette tonalité sombre teintée de la question de la mémoire et de l’Histoire à travers la figure du père résistant disparu, ses vidéos sont de vraies expériences sensorielles. Si Rimbaud avait trouvé une harmonie entre les parfums, les couleurs et les sons qui se répondaient, ce qu’on nous donne à ressentir ici comporte une distorsion évidente, une vision oblique sur les êtres et les choses. Il pourrait s’agir de formes, couleurs ou sons connus, mais tout cela est soumis à une dissonance auditive et/ou visuelle ou encore à des rapports d’échelle qui les rendent méconnaissables.








"NEEIIN", 2002-2008. Vidéogramme. Installation son et vidéo PAL © Tania Mouraud 2002. © ADAGP 2014, Paris.


C'est à présent à votre tour de découvrir quelques vidéos présentes dans l'exposition! Parmi les œuvres se trouve « NEEIN ». Réalisée entre 2002 et 2008, cette vidéo abolit toute distance entre sujet et spectateur. Filmée en caméra subjective, elle présente des images saccadées des plaques mortuaires du mémorial de
Yad Vashem à Jérusalem.

 




"Once Upon A Time", 2012. Vidéo HD. Durée : 9'16''. City Hall, Nuit Blanche 2012, Toronto. © ADAGP 2014, Paris.




"Le verger", 2003. Vidéogramme. Installation son et vidéo PAL. © Tania Mouraud 2003. © ADAGP 2014, Paris.



"Roaming", 2008. Vidéogramme. Installation son et vidéo HD, 2 projections HD, 1 moniteur, 1 écran plasma, son 4.1.
© Tania Mouraud 2007/2008. © ADAGP 2014, Paris.






"Once Upon a Time", 2011-2012. Vidéogramme. Vidéo HD 9'16. © Tania Mouraud 2011/2012. © ADAGP 2014, Paris.


L’œuvre "Once upon a time" réalisée entre 2011 et 2012 est quant à elle inspirée par l’univers des Contes de Grimm et montre différentes machines utilisées dans l’industrie du bois. La chorégraphie des mouvements de caméra, le rythme visuel ainsi que la richesse des couleurs provoquent une réaction émotionnelle qui va de la fascination à l’effroi. Ainsi, les machines transfigurées semblent être des monstres voraces et elles réactivent la figure mythique de l’ogre.










Si vous êtes attirés par des expériences artistiques hors du commun et si vous êtes prêts à suivre une forme d’initiation terrible au travers d’épreuves visuelles et sonores, passez-donc à Saint-Etienne découvrir (ou redécouvrir!) l’impressionnant univers plurivoque de Tania Mouraud! Pour une première immersion dans l’exposition Exhausted Laughter, n’oubliez pas par ailleurs que le très beau catalogue de l’exposition est consultable à la galerie !






Camille Paget





"ECLHCPDC"
Le M.U.R. 

Rue du Frère Maras,
Saint-Etienne Métropole
30 mai – 6 juin 2014

"Exhausted Laughters"
13 juin – 15 septembre 2014
Musée d'Art Moderne, La Terrasse,
Saint-Etienne Métropole
http://www.mam-st-etienne.fr/

PRESSE
Philippe Dagen, "Tania Mouraud et Djamel Tatah, deux modes de relation visuelle à l'Histoire", Le Monde, 24 August 2014

Un imaginaire pluriel

Anamorphone - La symphonie Charbonnel

De l'Asphalte au béton

La Maréchale Charbonnel est bien en selle à Versailles

ARCHIVES

Prev Next Page: