Fahamu PECOU


NEGUS in Paris

 

du 10 janvier au 23 février 2013

\

From January 10 to February 23, 2013

 
 

La galerie Backslash est heureuse d’accueillir à nouveau l’artiste américain Fahamu Pecou dont la dernière série de toiles et de dessins décline la représentation de la masculinité noire dans notre société actuelle et plus précisément la notion de Négritude dont Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor sont devenus les symboles.

La société afro-américaine recense nombre d’anecdotes liées à l’emploi du champ lexical du mot «  noir», notamment celle vécue par Gwyneth Paltrow lors du "West Watch the Throne Tour" de Jay-Z et Kanye West, les deux stars du hip-hop outre-atlantique. L’actrice avait posté sur son compte Twitter une photo des deux musiciens accompagnée du message «  Niggas in Paris, for real». L’emploi du mot «  nègre» avait déclenché des foudres sur le compte de la comédienne alors qu’elle reprenait le terme «  niggas» employé par Jay-Z et Kanye West dans une chanson de l’album éponyme. Ce mot, régulièrement utilisé par la société afro-américaine mais écrit par une personne de race blanche posait alors la question de la légitimité. De nombreux débats furent lancés. Un blanc pouvait-il utiliser le mot «  nègre», malgré le lourd passé racial et esclavagiste?

L’exposition NEGUS in Paris, inspirée de la chanson «  Niggas in Paris» de Jay-Z et Kanye West, se propose comme une analyse acerbe de certaines conformités, particulièrement celle de la culture afro-américaine, qui peut engendrer une perception faussée de la Négritude dans le discours public. Avec esprit et satire, Fahamu Pecou observe de façon pertinente les différents conflits de l’icônisation noire engendrés par ce débat et leurs influences dans la culture populaire. 
L’artiste remplace le terme «  niggas» par «  Negus», un mot amharique utilisé pour la royauté éthiopienne, notamment Hailé Sélassié. Ce jeu de mot détourne les insinuations récurrentes et haineuses liées à l’utilisation du mot   «  nègre». Au long des œuvres présentées, l’artiste recense les personnalités afro-américaines célèbres dans l’histoire de l’art et la culture parisiennes, leur influence et leur grandeur. 

Le travail de Fahamu Pecou a été exposé dans le monde entier, notamment au Torrance Art Museum de Californie (2010), à la Bell-Roberts Gallery de Cape-Town (2009), au Museum of Contemporary African Diasporan Arts de Brooklyn (2008), au Austin Museum of Art du Texas (2008), au High Museum of Art d’Atlanta (2005). Artiste particulièrement actif dans la sphère 2.0, Fahamu Pecou est l’instigateur de nombreux débats autour de la place de l’art contemporain dans la culture américaine, notamment par le biais du 15 Project, programme de discussions organisé au sein de centres d’art, de musées et d’universités aux Etats-Unis et en Europe. En 2011, l’artiste a obtenu le prix NBAF Impressions Emerging Artist Award.

\

Backslash Gallery is pleased to welcome back American artist Fahamu Pecou, whose latest paintings and drawings address the representations of black men in modern society, engaging in particular with the idea of Négritude as famously symbolized by Aimé Césaire and Léopold Sédar Senghor.

Black Americans can cite numerous anecdotes about the various uses of the word ‘black’, one striking example being actor Gwyneth Paltrow’s description of hip-hop superstars Jay-Z and Kanye West’s West Watch the Throne Tour. Paltrow posted a photo of the pair on her Twitter account, accompanied by the message “Niggas in Paris, for real”. Her use of the word “nigger” created a storm on her Twitter account although she was simply repeating the word “niggas” used by Jay-Z and Kanye West as part of the title for a song off their eponymous album. Often heard within black American society, the word when written down by a white person raises questions of legitimacy, and the matter was very widely debated. Is it possible for a white person to use the word “nigger” in the light of history’s heavy burden of racism and slavery? 

The NEGUS in Paris exhibition, inspired by Jay-Z and Kanye West’s song " Niggas in Paris", constitutes an acerbic analysis that challenges a certain conformism, particularly that displayed by Black American culture, which can distort the image of Négritude within the public debate. With his characteristic wit and feel for satire, Fahamu Pecou offers timely observations on the various conflicts relating to black iconisation as triggered by this debate and their influence on popular culture. 
Pecou replaces the terms “niggas” with “Negus”, an Amharic word used to describe Ethiopian royalty in general, and Haile Selassie in particular. He uses this wordplay to subvert the endless hate-filled insinuations that surround use of the word “nigger”. The works in the exhibition feature a series of black Americans famous for their contributions to the history of Parisian art and culture, exploring their influence and distinction. 

Fahamu Pecou’s works have been shown worldwide, including at the Torrance Art Museum in California (2010), Bell-Roberts Gallery in Cape Town (2009), Museum of Contemporary African Diasporan Arts in Brooklyn (2008), Austin Museum of Art in Texas (2008) and the High Museum of Art in Atlanta (2005). Fahamu Pecou has a particularly active online presence and has initiated a large number of debates on modern art’s place in contemporary American society, in particular via the 15 Project, a program of conferences held at arts centers, museums and universities in Europe and the USA. In 2011, he was awarded the NBAF Impressions Emerging Artist Award.

 

PRESSE \ PRESS

Laurent Boudier, "Fahamu Pecou-Negus in Paris", Télérama, 2013
Alain Quemin, "Jeunes artistes dans le Haut Marais", Le Journal des Arts, 2013
Ozoux Joelle, 
"Negus in Paris", www.myafroweek.com, 2013
"Fahamu Pecou is the Shit!", Young Gifted and Black, 2013
Sophie de Santis,
 "Fahamu Pecou, Negus in Paris", Le Figaroscope, 2013
Eric Simon, "NEGUS in Paris", www.actuart.org, 2013
Epée Hervé Dingong "Interview de l'Artist Fahamu Pecou" Lady Caprice Magazine, 2013

RADIO

Guy Boyer, "Vos idées de sortie: la négritude selon Fahamu Pecou à la galerie Backslash", Radio Classique, 2013