Backslash gallery

A+ R A-
gagosian

Tous VIP !

Saturday, 22 January 2011 18:19 Published in Blog

Samedi 22 Janvier. Paris, il fait gris, il pleut. Un temps à ne pas mettre un chat dehors.
Ca tombe finalement bien car aujourd'hui se lance quelque chose d'assez novateur dans un secteur qui semblait figé. C'est aujourd'hui l'ouverture de la VIP Art Fair. Une foire d'art contemporain totalement en ligne. Premier évènement de cette ampleur. Les plus grands galeristes internationaux, Gagosian (toujours lui), White Cube,... se sont associés pour cette première.

Pour mieux appréhender l'importance de cette nouvelle, il faut bien considérer plusieurs paramètres :

Il y a encore 2 ans, alors que toutes les marques se jetaient dans le social et le community management, les galeristes trouvaient qu'un profil Facebook ou Twitter ne servait à rien. Que dire des campagnes Ad Word ou encore des problématiques de SEO ?

Loin des préoccupations on-line, les galeristes avaient laissé les maisons de ventes aux enchères préempter les ventes on line. Elles étaient donc les seules à offrir le don d'ubiquité aux collectionneurs.

Pour finir, s'il est vrai que tout le monde ou presque fait ses courses en ligne, vous conviendrez du fait que le prix d'un Pollock n'est pas le même que celui d'une boîte de ravioli, ce qu'El Pais résumait très bien en titrant: « Comprar un Warhol en pantuflas ». Je vous laisse traduire.

C'est donc en pantoufles que je me connecte, une fois le pic d'audience passé et les serveurs remis en route de l'énorme claque qu'ils viennent de prendre, sur une interface  plutôt froide, à l'ergonomie correcte. Je réussi donc enfin à me loguer sur la fameuse VIP (Viewing in Private) Art Fair, je rentre mon mot de passe VIP, choisis mon avatar VIP parmi une liste M. VIP I, M. Vip II, Mrs... et part à la découverte de cet évènement.

Découvrons l'engin:











Sentiment numéro un: déroutant !

Pas un bruit, pas d'agitation ni de visage connu. Normal je suis chez moi. Pas de choc visuel non plus. Les images défilent, toutes à la même taille. Seul mon avatar me permet d'imaginer la taille de l'oeuvre que je regarde. Aucun galeriste ne me regarde ni ne me jauge (plutôt agréable) Il est cependant possible de leur parler via un module de chat. Passées les galères de connexion, (j'aimerais juste pouvoir jeter un oeil aux statistiques par curiosité), et l'interface rugueuse prise en main, un second sentiment naît.

C'est rapide, efficace, le tour des galeries qui m'intéressent est fait en 5 minutes. C'est pragmatique. C'est limpide, les coûts sont réduits pour les galeries, les collectionneurs peuvent acheter en toute tranquilité, sans contrainte de déplacement ni d'horaire. C'est cela. C'est une initiative pragmatique, à l'image d'Internet, optimisée et calibrée pour les collectionneurs. De l'Internet dans toute sa splendeur, permettant aux galeristes de pouvoir suivre le parcours d'un collectionneur, ou d'un directeur de musée. Traçabilité, ciblage, centres d'intérêt, tout y est.

 

Parfait donc ?

 

Oui sauf que ce soir, je n'ai pas eu envie de vous faire partager le choc et le bonheur de la pièce monumentale d’Anish Kapoor sur le stand Mennour de la FIAC, non. Ce soir, je parle d'ergonomie, de traçabilité, de serveurs et de pics d'audience. Que dire des photos que je vous présente ? Des captures d'écran. Voilà 2 heures que je tourne dans cette foire, je n'ai parlé à personne n'ai serré aucune main et n'ai pris aucun rendez vous pour partager une bière ou un dîner à la Kunsthalle ce soir. Je ne me pense pas réactionnaire, je me sens dans mon époque, mais pour moi, cette foire n'en est pas vraiment une car l'exceptionnel est devenu commun. Je déroule des listes de galeries et d'oeuvres comme les rayons du site de la FNAC. Quand on songe à ce que propose Internet aujourd'hui avec le streaming live, les mondes virtuels interactifs, les modules de conversation vidéo Skype ou encore la réalité augmentée, je trouve que ce projet n'est pas à la hauteur de ses ambitions.

Beaucoup d'argent, de publicité et de bruit pour un site qui me rappelle l'Internet de l'an 2000.
Vivement Bâle !

 

SAMEDI, c’est GALERIES #30

Friday, 16 December 2011 15:53 Published in Blog

Pour cette dernière édition de l'année 2011, un SAMEDI, c'est GALERIES sous la pluie et le vent dans une contrée éloignée et dont je n'ai pas encore parlé dans ce rendez-vous : le 8e arrondissement. Un SAMEDI, c'est GALERIES avec peu d'images malheureusement car il n'est pas possible d'en publier sans une demande d'autorisation dûment demandée. Je ferai donc sans. C'est dommage, les espaces sont si beaux. J'espère que cela vous donnera envie d'aller voir les expositions par vous-même.
Je vous mets quand même quelques images des décorations de Noël qui ornent toutes les galeries de l'avenue Matignon. On peut discuter l'esthétique de ces dernières, qui ne sont pas si mal, mais en tous cas, cela a un joli impact sur les passants et les amateurs.






Depuis Miromesnil, on passe d'abord devant la galerie RX, que je n'ai malheureusement pu visiter car elle ouvre à 14h, mais que je voulais annoncer :

 


 

WANG Luyan 
Visual Thinking and Measured Painting
jusqu'au 3 janvier 2012

Galerie RX
6 avenue Delcassé
mardi au samedi de 14h à 19h
http://www.galerierx.com




Ensuite, avenue Matignon, il y a l'incontournable galerie Jérôme de Noirmont dont j'aime bien le programme. En ce moment, il y a une exposition de A. R. Penck, le grand artiste allemand qui a bénéficié notamment d'une importante rétrospective au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris en 2008. Il présente actuellement 23 peintures récentes, entre abstraction et figuration, expressionnisme et didactisme (?). N'étant pas une grande fan de son travail, je n'ai pas été particulièrement touchée mais je suis sûre que les amateurs de son travail n'ont pas manqué d'aller visiter l'exposition. Quant à vous, je vous laisse aller voir par vous-même.





A.R. PENCK
ENTRE FEU ET GLACE
jusqu'au 7 janvier

GALERIE JÉRÔME DE NOIRMONT
36-38 AVENUE MATIGNON
Lundi-samedi 11h -19h
http://www.denoirmont.com





Sur l'avenue, on saute plusieurs décennies à chaque boutique. Il y a des Braque, des Lanskoy, une sublime exposition de Victor Brauner chez Malingue… C'est plutôt agréable, il est vrai. Même si le temps ne se prête pas à flâner, on peut passer un certain temps sans quitter la rue. Et puis on arrive au sublissime espace de la Galerie Tornabuoni, qui présente "la plus grande rétrospective jamais réalisée en France" d'Enrico Castellani. En effet, l'ensemble réuni est conséquent et prestigieux. Il regroupe des œuvres des années 50 à des productions plus récentes sur les 3 niveaux de cette galerie élégante et impeccable. Et puis, l'accueil y est sympathique, ce qui semble de plus en plus rare.
La signature de l'artiste, c'est le clou. En tendant des toiles sur ces éléments perturbateurs, Castellani brise l'immobilité et la rigidité du monochrome. Pour ceux qui ne peuvent s'offrir une toile du maître, un catalogue a été édité spécialement, préfacé par Bernard Blistène. Allez-y, c'est le dernier jour!















Enrico Castellani
Rétrospective
jusqu'au 17 décembre

Galerie Tornabuoni Art
16 avenue Matignon
Du lundi au samedi 10h-18h30
http://www.tornabuoniart.fr

 

Vient ensuite la tentaculaire Galerie Guy Pieters et ses 4 espaces (Paris et Saint-Paul en France, Knokke et Sint-Martens-Latem en Belgique).  Celui de Paris a été inauguré en mars 2010. Les œuvres de Jan Fabre, Robert Combas, Wim Delvoye, Christo, Sam Francis entre autres y ont été montrées (dont beaucoup d'artistes sont déjà représentés à Paris). En ce moment, c'est Niki de Saint-Phalle dont j'aime beaucoup le travail réjouissant et iconoclaste normalement. Là, en ce matin pluvieux, c'est un effet de trop plein, trop coloré qui m'a frappé, à la limite du kitsch. C'est volontaire d'ailleurs. A aller admirer cependant.

 

Niki de Saint-Phalle
jusqu'au 28 janvier

Galerie Guy Pieters

2 avenue Matignon
lundi - samedi 10h - 19h
http://www.guypietersgallery.com





Enfin, le "saint des saints", pour certains : le 9e espace de la galerie Larry Gagosian, ouvert en octobre 2010. Je ne pouvais pas manquer l'exposition de Richard Serra! C'est d'ailleurs le grand prétexte de ma visite du quartier. Alors, je voulais prévenir ceux qui ne seraient pas encore allés visiter la galerie (…) de ne pas avoir peur : il y a des vigiles et des déclencheurs d'ouverture partout. Allez-y. Entrer. Ils sont très sympathiques, les vigiles. Évidemment, les dessins présentés au rez-de-chaussée (si on peut encore appeler ces immenses formats, des dessins) sont sublimes. Ils n'ont pas l'impact des sculptures de l'artiste à mon avis mais ils sont quand même très beaux. Magistraux. Physiques. En revanche, ceux de plus petits formats montrés à l'étage ne m'ont vraiment pas du tout convaincue… Une vague impression de déjà-vu. Ils ne laisseront pas un souvenir mémorable.














Et puis, à l'opposé de ce travail, il y a une petite exposition de William Eggleston dans le "projet space"! Elle annonce officiellement en quelque sorte la représentation de l'artiste par la galerie à Los Angeles. Il s'agit d'une série qui s'intitule "Election Eve" et qui date de 1976. Prises à la veille de l'élection de Jimmy Carter, les photographies sont très représentatives du travail d'Eggleston.
Que dire? C'est incroyablement beau. Humain. Les couleurs sont sublimes. Les sujets touchants. La prise de vue…
Quelques photographies ont réussies à faire mon bonheur ce matin et je dois dire que si j'avais les moyens, je sais celle que j'aurais acheté… J'en avais même très très envie… Mais les œuvres d'Eggleston, ce n'est pas donné, alors celles de cette période, je n'ose pas imaginer. Mais ce qui est bien, c'est que l'on peut toujours rêver…







RICHARD SERRA
DRAWINGS
jusqu'au 7 janvier

WILLIAM EGGLESTON
ELECTION EVE
jusqu'au 23 décembre

Galerie Gagosian
4 rue de Ponthieu
mardi - samedi 11h-19h
http://www.gagosian.com

Backslash Fax(t)

Tuesday, 29 November 2011 17:59 Published in Blog

 

Vous connaissez tous le Baer Faxt, une source inépuisable d’informations sur le marché de l’art !

Et bien, ceci n’est pas un plagiat mais une révérence à Josh Baer.

Voici en vrac, quelques infos glanées à droite ou à gauche :

- La Slovénie s’offre un musée d’art contemporain, ouverture ce mois-ci à Lubiana.

- Des banquiers, collectionneurs, curators, directeurs de maisons de vente style Sotheby’s etc, se sont réunis à Florence pour réfléchir sur le futur de l’art et la finance. Rappelons que l’Italie, en pleine crise comme tout le monde, fut le bastion des banquiers-mécènes (Medici de tous les pays, unissez-vous !)

- En 2014, Christo emballera la rivière Arkansas.

- Le fisc chinois refuse l’argent des jeunes donateurs pour Ai Weiwei. Ne reste plus qu’à se dessaper tous ensemble pour protester !

- C’est Mario Testino (Benetton, si tu nous entends) qui dirigera le Turner Prize cette année. Remise de prix le 4 décembre à Georges Shaw, Karla Black, Martin Boyce ou Hilary Lloyd.

- On continue dans les prix : il est trop tard pour voter pour le ONLINE prize mais on peut toujours aller faire un tour sur le site : http://www.onlineprize.com/

- La Chine se réveille encore et toujours : beaucoup d’argent donc beaucoup de collectionneurs. Gagosian, White Cube, entre autres, s’installent sur place. Bonne idée !

- L’expo Tim Burton du MoMA bientôt à Paris et ce sera à la Cinémathèque, en mars prochain ! N’hésitez pas, l’expo au MoMA était GENIALE !

- Paul Kasmin ouvre un second espace à Chelsea.

- 247, 6 M$ pour la vente du soir d’art contemporain de NY chez Christie’s ; 315, 8 M$ pour Sotheby’s. Mais qui était à Florence déjà ?

- Gaël Charbau curate jusqu’au 22 décembre à Backslash !

 

ARCHIVES

Prev Next Page: