Backslash gallery

A+ R A-
fondation ricard

Yellow mood

Wednesday, 27 October 2010 15:11 Published in Blog

Le 22 octobre, Séverine s'est offert une journée jaune.

- Jaune comme le logo de slick d'où Séverine nous rapporte un petit aperçu :



 

Une pièce magnifique de Laurent Pernot chez Odile Ouizeman (la cage) dont le stand est superbe :

 

 

Très belle pièce d'Andrew Webb chez Annie Gentils Gallery (Anvers)


Le stand très particulier mais néanmoins très réussi chez Bodson-Emelinckx Gallery (bruxelles), solo show de l'artiste EVOL qui a remporté le prix Arte:





Très beau choix du nouveau fonds Canson pour l'art : l'artiste Fabien Mérelle (artiste de la galerie Jeanroch Dard, Paris)

 



Toile intéressante à la Gallery Etemad (Téhéran)

 

A noter aussi le très beau stand de la galerie Ilan Engel (paris) très élégant avec des oeuvres de Stephan Crasneanscki Solo Show Ulysses Syndrom Series Photographies & Installation sonore.

 

- Et jaune comme le bal du même nom (qui cette année, d'ailleurs, était bleu) :

Pas plus de photos sur ce bal car comme le dit l'adage: "What happens in Bal Jaune, Stays in Bal Jaune"...

 

Un peu trop d'eau dans mon Ricard

Friday, 14 January 2011 09:55 Published in Blog

 

Du 11 au 29 Janvier, La Fondation Ricard propose un projet élaboré par la Dena Foundation for Contemporary Art de Milan et en collaboration avec la Fondation Ricard à Paris et De Kabinetten van de Vleeshal à Middelburg aux Pays-Bas ou encore la Fabrica del Vapor à Milan.

Sous le commissariat de Francesca di Nardo (Fondation Ricard) et Lorenzo Benedetti, les artistes Linda Fregni Nagler, Mark Geffriaud, Benoît Maire et Raphaël Zarka, entre autres, se réunissent autour d'une exposition concept au sujet plutôt sulfureux au vue de l'actualité internationale: le questionnement du véridique et de la falsification des documents et des fond d'archives.

Le choix des archives traitées est laissé au libre arbitre de chacun des artistes et les thèmes inhérents sont de fait très variés. Fiction, vérité, interprétation ou mensonge, les mises en oeuvre de ces archives nous apparaissent comme les constructions télévisuelles qui nous sont distillées chaque jour.

Concept enfin car chacune des pièces a été produite avec une volonté de la voir évoluer, de prendre "une formalisation spécifique" à chaque étape de cette exposition itinérante.

Une idée d'exposition polémique questionnant l'éthique, le politique et le philosophique, se projette dans la modernité d'un monde où le passé se déforme et se distord chaque jour davantage. Une exposition évolutive qui elle aussi se transforme et, de fait, brouille les archives (photos, posts,..) des étapes précédentes, mettant en abîme le thème même de l'exposition.

Idée intéressante, concept alléchant, je suis pourtant ressorti froid de cette exposition quasi muséale, presque inhabitée. Je n'ai pas ressenti la réflexion à laquelle le thème poussait à s'attendre. Je vous laisse le soin de juger par vous-même.

 

Et toujours.... le bar :

Vivement la prochaine exposition!

 

2 ricards, sinon rien

Thursday, 13 October 2011 09:20 Published in Blog

 

Cette année encore, à l'approche de la FIAC et du fameux bal jaune, le prix de la fondation Ricard pour l'art contemporain a été décerné. Nouveauté cette année : deux lauréats sont arrivés ex æquo, Isabelle Cornaro et Benoît Maire.

Rappelons juste pour les non-initiés que ce prix permet à de jeunes artistes de rentrer rejoindre les 65 000 pièces du Centre Georges Pompidou, ce qui en dehors d'être une consécration, leur offre une très forte visibilité à l'instar du prix Marcel Duchamp.

Cette année, comme je vous le disais, ce sont donc deux lauréats qui ont été élus Isabelle Cornaro et Benoît Maire. Double acquisition donc pour le Centre avec les pièces, pour "Paysage avec Poussin et témoins oculaires (III)" pour la première et "Esthétique des différents, point 1 et 2" pour le second.

 

 

 

 

C'est tout naturellement, sous le patronage de Corinne Ricard, Collette Barbier, Alain Seban et Alfred Pacquement, qu'ont été salués ces deux artistes prometteurs.

Longue route à eux deux !

Soulignons pour finir, que contrairement aux préjugés, cette année, une galerie bordelaise et non la moindre, a été mise en valeur au travers de ce prix, Cortex Athletico.

 

Pour infos, voici les grandes lignes de leurs travaux respectifs.

 

ISABELLE CORNARO

Dans ses oeuvres, Isabelle Cornaro interroge les systèmes et les signes de représentation dans l'histoire de l'art. À travers la série Paysage avec Poussin et témoins oculaires, elle s'intéresse à la transposition de l'espace réel en représentation abstraite. Inspirées des paysages idéalisés de Nicolas Poussin (1594-1665), ces installations font référence à la technique de Poussin qui consistait à construire des chambres noires percées d'un trou par lequel l'artiste regardait ses mises en scène de figurines et d'objets en cire composant les éléments du paysage qu'il était en train de peindre. Chez Isabelle Cornaro, les figures peintes sont transposées en objets, placés selon un principe de vues en contre-plongée et de perspective. Ils sont choisis pour leur signification ou leur charge symbolique.

 

BENOIT MAIRE

Depuis 2009, Benoît Maire poursuit des recherches dans le cadre d'un "work in progress" intitulé Esthétique des différends dont l'oeuvre distinguée par le Prix Fondation d'entreprise Ricard est la première étape. La notion du différend est empruntée au philosophe Jean-François Lyotard. Elle permet à l'artiste de travailler avec deux outils de pensée : le relativisme et la forme linguistique. "Comment puis-je dire ce que je vois ? Je propose donc un travail où le mot remplace l'image et vice versa.", précise l'artiste.

L'oeuvre Esthétique des différends, point 1 et 2 (2009) comprend deux vitrines avec des notes, dessins, ébauches de sculptures, photomontages, collages ou peintures, ainsi qu'une vidéo sur un socle qui présente des textes de l'artiste. Toute la recherche est également publiée au fur et à mesure dans les cahiers d'un coffret qui se trouve dans la collection de la Bibliothèque Kandinsky.

Une séance du cycle Prospectif Cinéma sera dédiée aux vidéos et films expérimentaux de l'artiste Benoît Maire le 27 octobre 2011 au cinéma 1 du Centre Pompidou.

 

 

 

 

 

 

 

 

ARCHIVES

Prev Next Page: