Backslash gallery

A+ R A-
Slick

Yellow mood

Wednesday, 27 October 2010 15:11 Published in Blog

Le 22 octobre, Séverine s'est offert une journée jaune.

- Jaune comme le logo de slick d'où Séverine nous rapporte un petit aperçu :



 

Une pièce magnifique de Laurent Pernot chez Odile Ouizeman (la cage) dont le stand est superbe :

 

 

Très belle pièce d'Andrew Webb chez Annie Gentils Gallery (Anvers)


Le stand très particulier mais néanmoins très réussi chez Bodson-Emelinckx Gallery (bruxelles), solo show de l'artiste EVOL qui a remporté le prix Arte:





Très beau choix du nouveau fonds Canson pour l'art : l'artiste Fabien Mérelle (artiste de la galerie Jeanroch Dard, Paris)

 



Toile intéressante à la Gallery Etemad (Téhéran)

 

A noter aussi le très beau stand de la galerie Ilan Engel (paris) très élégant avec des oeuvres de Stephan Crasneanscki Solo Show Ulysses Syndrom Series Photographies & Installation sonore.

 

- Et jaune comme le bal du même nom (qui cette année, d'ailleurs, était bleu) :

Pas plus de photos sur ce bal car comme le dit l'adage: "What happens in Bal Jaune, Stays in Bal Jaune"...

 

Dessins exquis - 24 mars /04 avril 2011

Thursday, 10 March 2011 17:39 Published in Blog

À l’occasion de la semaine du dessin à Paris, Slick vous convie à l’exposition
Dessins Exquis. Une cinquantaine d’artistes, de renommée internationale ou
émergents, est invitée à réaliser le plus grand cadavre exquis au monde (1,5m de
haut x 100m de long). Il sera exposé sur les deux étages de hôtel particulier situé 40,
rue de Richelieu du 24 mars au 4 avril.

Chacun des artistes, selon la temporalité qui lui est propre, aura dessiné une partie
du gigantesque cadavre exquis sur rouleaux de papier Canson, à l’occasion d’unworkshop.

Le vernissage sera l’occasion de déployer les rouleaux pour découvrir ce récit
collaboratif dessiné à plus de 100 mains.

Le dessin est le souffle et l’ombre. Il est le smiley sur le sms et la ligne sur le papier,
l’empreinte sur le lit du sable et le coeur dégoulinant tracée du doigt sur la vitre embuée.
D’enfant,d’artiste, de fou, de design, de mode, de manga, animé ou cochon, le dessin est tout à la fois : 
l’enfance de l’art, le message et la pensée. Son apparition n’est pas loin du mirage, son expression
tient de l’histoire comme de l’intrigue. Le dessin est un jeu, parfois sérieux : une phrase qui
commence toujours par une lettre.

Pourquoi alors, par jeu et par défi du sérieux, ne pas revivifier le jeu surréaliste du cadavre
exquis dont le Dictionnaire abrégé du surréalisme donne la définition suivante: « Jeu qui consiste à
faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu’aucune d’elles puissent
tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes.» ?

Abracadabra, contacts, coups de fils, amitiés ont vite conclu l’affaire de ces Dessins exquis :
une longue frise de cent mètres de papier réalisée à la queue leu-leu, parfois à l’aveugle, par plus de
cinquante artistes contemporains et dessinateurs pour une oeuvre à l’humeur singulière et
commune. Frise parisienne, papier de Bayeux, codex indien, papyrus égyptien, rouleaux chinois,
les Dessins Exquis expriment dans toutes ses langues la joute et l’espièglerie.

Main gauche, main droite, cent mains au moins tracent une histoire graphique, dessinent
en traits, souffles et ombres, la définition du mot Artistes lancé par Flaubert : «Tous farceurs. Vanter
leur désintéressement (vieux). S’étonner de ce qu’ils sont habillés comme tout le monde (vieux).

Gagnent des sommes folles mais les jettent par les fenêtres. Souvent invités à dîner en ville.
Ce qu’ils font ne peut s’appeler travailler. »…

Laurent Boudier

CADAVRE EXQUIS - 1925

Ce jeu littéraire a été inventé à Paris vers 1925, au 54 rue du
Château, dans une maison où vivaient Marcel Duhamel, Jacques
Prévert et Yves Tanguy. Le principe de ce jeu était que chacun
des participants écrive à tour de rôle une partie d’une phrase,
dans l’ordre sujet-verbe-complément, sans savoir ce que le précédent
a écrit. La première phrase qui résulta et qui donna le
nom à ce jeu fut « Le cadavre - exquis - boira - le vin - nouveau. »

Il n’était au départ qu’une activité ludique, selon André Breton :
« Bien que, par mesure de défense, parfois, cette activité ait été
dite, par nous, «expérimentale», nous y cherchions avant tout
le divertissement. Ce que nous avons pu y découvrir d’enrichissant
sous le rapport de la connaissance n’est venu qu’ensuite. »
(Médium n° 2, 1954)

CADAVRE EXQUIS - 2011

Laurent Boudier, critique d’art et commissaire d’exposition, a rassemblé
une 50aine d’artistes afin de réactualiser le principe du cadavre
exquis. Ce jeu exécuté alors entre amis, sur de petits formats, se transforme
en performance mêlant l’individuel et le collectif sur un support
monumental.

L’hôtel particulier situé 40 rue de Richelieu se transforme pendant dix
jours en un atelier pour une 50aine d’artistes qui se croiseront, échangerons
des idées ou au contraire se plongeront sur leur pan de papier.
Seul le résultat de cette performance artistique, le plus grand cadavre
exquis du monde, est visible par le public. Ainsi du cadavre exquis
reste la notion de collaboration autour d’un récit en devenir. Mais le
jeu collectif fait place à des jeux individuels rassemblait par la main
d’un commissaire d’exposition. Tandis que le dessin intime esquissé
sur un petit format se transforme en une imposante création.

 

LISTE DES ARTISTES

Jean-Michel Alberola (galerie Daniel Templon)

Aurélia Alcaïs (galerie Sit Down)

Adeline André

Jean-Luc André (galerie Lara Vincy)

Farah Atassi (galerie Xippas)

Emilie Benoist (School Gallery)

Jean-Charles Blais (galerie Catherine Issert)

Elvire Bonduelle (galerie Isabelle Gounod)

Cyprien Chabert (Fat Galerie)

Mathieu Cherkit (galerie Jean Brolly)

Gaëlle Chotard (galerie Claudine Papillon)

Sylvain Ciavaldini (galerie Porte Avion)

Sheila Concari (galerie Dix9)

Valérie Dantas Mota (JTM gallery)

Etienne de Fleurieu (JTM gallery)

Artus De Lavilléon (galerie Patricia Dorfmann)

Nathalie Elemento (galerie Fournier)

Iris Fossier (galerie Isabelle Gounod)

Gerard Fromanger (galerie Claude Samuel)

Elika Hedayat (galerie Aline Vidal)

Fabrice Hyber (galerie Jérôme de Noirmont)

Christine Jean (galerie Area)

Chloé Julien (galerie Isabelle Suret)

Barbara Kimmel (galerie Octobre)

Kosta Kulundzic (galerie Magda Danysz)

Julien Langerdorff (Fat Galerie)

Mathilde Lavenne (Backslash Gallery)

Iris Levasseur (galerie Odile Ouizeman)

Benjamin Levesque (galerie Area)

Guillaume Liffran (John Tevis Gallery)

Frederic Loutz (galerie Claudine Papillon)

Alizé Meurice (galrie Dominique Fiat)

Pierre Mabille (galerie Fournier)

Fabien Merelle (galerie Jeanroch Dard)

Zwy Milshtein (galerie Area)

Marlène Mocquet (galerie Alain Gutharc)

Stéphanie Nava

Eva Nielsen (galerie Dominique Fiat)

Bertrand Planes (New Galerie & JTM gal)

Julie Polidoro (galerie Odile Ouizeman)

Joan Rabascall (galerie 1900/2000)

Florence Reymond (galerie Odile Ouizeman)

Philippe Richard (galerie Bernard Jordan)

Lionel Sabatté (galerie Patricia Dorfmann)

David Scher (galerie Jean Brolly)

Alberto Sorbelli (Saffir galerie)

Peter Soriano(galerie Fournier)

Timothée Talard (galerie Gourvennec Ogor)

Natalia Taravkova (galerie Zeitgeist)

Agnès Thurnauer (galerie de France)

Barthélémy Toguo (galerie Lelong)

Jérôme Zonder (galerie Eva Hober)

+ guests !

 

Dessins exquis - 24 mars /04 avril 2011

Tuesday, 22 March 2011 14:15 Published in Blog

Nous vous parlions il y a quelques jours de Dessins Exquis, la nouvelle initiative de Laurent Boudier, à qui l'on doit la création du Salon du Dessin Contemporain en 2007, et de Johan Tamer-Morael, directeur de Slick Art Fair. 



Ces deux personnages associent leurs talents d'organisateurs, de communiquants et leur passion pour le dessin afin de créer un espace éphémère qui réunit les artistes autour d'un dynamique nouvelle.

Rassurez-vous, l'essentiel est là: du papier, des crayons, des feutres, des couleurs et du talent.



Dans cette période où Paris est toute grande consacrée au dessin, il est important de créer un distinguo entre cet évènement et les myriades d'autres. En effet, que soit le Salon du Dessin, le Salon du Dessin Contemporain, la Foire Internationale du Dessin ou Chic Dessin, aucune de ces manifestations ne mélange aussi bien les artistes.





 

Dans l'espace chaleureux et accueillant de la galerie JTM, ouverte pour l'occasion, des dessinateurs de tous âges, de toutes renommées et de toutes nationalités se retrouvent dans un espace de convivialité. Chacun d'entre eux finit ce que l'autre a entreprit. Les styles se heurtent parfois, s'accordent à d'autres, la ligne ne discontinue jamais.





Donc, lorsque vous aurez fait le tour des stands carrés, séparés par styles /genres /galeries, venez nous retrouver pour un moment de détente en déambulant dans les pièces d'un espace différent, presque "punk", où la notion de marchand prend du recul par rapport à celle d'artiste. Le vernissage de l'exposition Dessins Exquis se tiendra jeudi 24 Mars 14h/19h au 40 rue de Richelieu.

L'exposition sera ouverte du 24 mars au 04 avril 2011.

 

 

thefairgoer ou slick en ligne

Wednesday, 05 October 2011 16:12 Published in Blog

En marge de Slick (et de Chic, soyons fairplay), une plateforme Internet va vous permettre de visiter les stands de chacune des galeries participantes en avant-avant-première, notamment pour les visiteurs qui ne pourront pas se déplacer à Paris. Les œuvres seront donc mises en ligne « before the preview » et comme toute bonne fête qui se respecte, l’after aura également lieu.

Tout collectionneur aguerri à la VIP Artfair, et autres India Art Collective pour ne citer qu’eux, aura la liberté de se promener virtuellement sans interruption au travers des œuvres présentées par chaque galerie.

C’est une société américaine qui gère, en partenariat avec les foires, cette mise en ligne.

On voit bien les avantages de cette initiative : les collectionneurs du monde entier peuvent visiter les stands quand bon leur semble et les galeristes exposants acquièrent une plus grande visibilité.

Rendez-vous sur : www.thefairgoer.com/slick

Ceci étant dit, on espère que vous vous déplacerez quand même !

 

Marseille, entre ciel et mère

Wednesday, 01 February 2012 14:23 Published in Blog

En septembre dernier, Didier Gourvennec Ogor ouvrait sa très belle galerie près des Docks à Marseille (le FRAC y ouvrira prochainement son espace également)
A Backslash, on connaît bien Didier. Il nous a soutenus depuis le début et c’était un plaisir pour moi de me rendre à Marseille et de visiter son espace. C’est un immense lieu qui dégage une véritable atmosphère créatrice ! Le quartier est en pleine expansion et promet d’être un spot pour 2013, lorsque la cité phocéenne sera la capitale européenne de la culture.
Jeudi 19 janvier, la galerie Gourvennec Ogor vernit une exposition du duo milanais FRP2. Elle présente également une installation sonore de l’artiste Luc Schuhmacher dans son Project Room.
Forte d’une visite rapide du quartier de la Joliette, je me rends donc à la galerie avec le plaisir d’y retrouver Didier, que je n’avais pas revu depuis Slick en octobre dernier.

L’accueil est à son habitude : ultra chaleureux ! Un petit drink rafraîchissant (rappelons la clémence climatique de ce mois de janvier dans le Sud) et je me plonge dans l’atmosphère intrigante des photographies de FRP2.

Filippo Piantanida et Roberto Prosdocimo sont des dénominateurs d’espaces. Avec Normal Generic Landscapes, les deux artistes s’attachent à retranscrire des paysages urbains ou naturels, familiers de tout un chacun, en leur ajoutant des éléments et des assemblages particuliers, qui viennent troubler notre vision. Quelque chose d’indicible, quasi imperceptible, perturbe notre quotidien, nos habitudes visuelles.

Chaque premier regard nous conforte dans une appréhension normée des paysages représentés. Puis l’on s’approche et un on-ne-sait-quoi commence à nous déranger dans notre compréhension globale de l’œuvre. Le paysage ne nous est finalement plus aussi familier qu’il ne nous paraissait au premier abord. C’est là toute la force du duo, nous confondre dans un questionnement sans réponse.

 

Second espace :

Le Project Room de la galerie présente une installation sonore de l’artiste français Luc Schuhmacher dont l’univers troublant et parfois désarmant s’exalte parfaitement dans cet espace confiné.

Nous le savions. Au fond, les vagues sont seules parle de refuges, le refuge maternel et le refuge maritime, mêlant la mère à la mer. L’artiste dévoile une sensation d’enveloppement qui peut se révéler protectrice mais également angoissante. La plénitude de la mer peut se muer rapidement en une tempête. La vision rassurante que l’enfant perçoit dans les bras de sa mère se délite avec la maturité et l’adulte se retrouve confronté à des images parfois déroutantes.

Une histoire, une question. Quels sont les mystères que ne nous cache notre vécu familial ? Quelles en sont les conséquences sur nos propres vies ? En s’appuyant sur un passé tenu secret, le conteur tend à sortir de son esprit des bribes de réponses sur sa propre existence.

Bref, on a encore fait une foire!

Friday, 25 May 2012 14:24 Published in Blog

Slick Bruxelles, le off

Bon ça fait un peu un mois qu'on est revenu mais le temps passe si vite… Je voulais tout de même vous faire une petite visite off de la foire off d'ArtBrussels, la bien nommée Slick.

Première édition belge pour l'équipe de Slick et un endroit magnifique, la Wild Gallery, sise vers la gare du Midi. Backslash est venu, a vu et a aimé!
Voici en images quelques instants de notre séjour bruxellois, entre montage de stand, soirées, vernissages et démontage.




Premier jour, arrivée à la Wild Gallery:



Les camions belges ont une manière bien à eux de se garer haut perché!





La signalétique des sous-sols de la Wild, très important!





Petit intermède culinaire au Wiels, pause déjeuner pendant le montage...





Le montage donc! Des caisses, des outils, des œuvres et des vélos!




Une fois le stand monté, on file à la soirée d'un collectionneur bien connu.
Ambiance chantier, le personnel porte des casques dans la buvette qui sert des soupes chaudes (en l'an 2012, un froid terrible sévissait sur Bruxelles), les incontournables excellentes frites belges, etc.




Le temps de l'expo…



… et hop, on retourne à la buvette! On y croise tout le monde de l'art franco-belge et on est comme chez soi!




Un peu plus tard, le parking désaffecté ouvre pour une garage-party bien ambiancée dans une atmosphère bleutée. On parle art entre artistes, foires entre marchands, actualité entre journalistes.




Jour de vernissage sur Slick, un intermède rose vient délecter les visiteurs.




Comme dans toutes les villes du monde, les galeristes profitent des foires pour venir des expositions. Un petit tour de galeries s'impose, notamment dans l'impressionnant espace d'Almine Rech.




Sur la foire, rencontre entre directeur artistique, jeune artiste talentueux et marchand.



Enfin, après une semaine artistique épuisante entre stand, soirées et gastronomie belge, vient le démontage. C'est toujours un moment un peu triste mais avouons qu'il est bon de rentrer chez soi aussi et de pouvoir enfin se reposer un peu!



Prochaine étape : Bâle, la grande messe de l'art contemporain! On vous racontera, promis!

ARCHIVES

Prev Next Page: