Backslash gallery

A+ R A-
Samuel Martin

SAMEDI, c'est GALERIES #24

Friday, 14 October 2011 14:36 Published in Blog

Un 24e rendez-vous de SAMEDI, c'est GALERIES dans la tumulte des foires, des vernissages, des nocturnes, des rencontres, etc. Pour BACKSLASH aussi. Mais j'ai quand même pris le temps, poussée par la curiosité, d'aller à la rencontre de nouvelles galeries, de nouveaux espaces ou de nouveaux artistes. Petit tour (non exhaustif).




Je ne pouvais pas manquer de vous parler de la galerie Baudouin Lebon qui a déménagé dans notre quartier, rue Charles-François Dupuis, tout près du carreau du Temple, après avoir officié longtemps (plus de 10 ans) rue Sainte Croix de la Bretonnerie. L'espace est beau, bien conçu et nous souhaitons à toute l'équipe la bienvenue!
Après une exposition d'ouverture en septembre dédicacée aux lauréats du prix HSBC pour la Photographie, la galerie présente, avec le collectif "On the Roof" et dans le cadre de la Biennale du Musée du Quai Branly, "Synchronicity" consacrée à 12 photographes originaires du continent africain, et qui prennent pour sujet, comme l'indique le titre, une urbanité toute personnelle.
Parmi ces artistes, peu connus ou peu montrés à Paris, on retrouve pourtant Malala Andrialavidrazana, originaire de Madagascar mais que l'on connait dans le milieu parisien pour ses photographies du monde entier où elle s'intéresse à l'envers du décor dans des mégalopoles en pleine mutation. Elle donne ici à voir, avec la série "Ny Any Way", l'intimité de la société malgache d'aujourd'hui.
Entre autres, on découvre 4 très belles photographies de la série "Ecstatics" du nigérien Abraham Oghobase, très colorées, où il se met en scène dans l'espace public. J'ai bien aimé aussi les deux œuvres très plastiques de François-Xavier Gbré sur les traces laissées par le temps, et également les clichés rétro de James Barnor qui nous plonge dans le Ghana des années 50 et 60.
















Synchronicity

Malala Andrialavidrazana, James Barnor, Abraham Oghobase, Grace Ndiritu, Nkrumah, Calvin Dondo, Steeve Bauras, Amina Menia et Kiluanji Kia Henda
jusqu'au 20 novembre

La galerie est présente à Art Elysées.

Galerie Baudoin Lebon
8 rue charles-françois dupuis
mardi - samedi, 11h - 19h
http://www.baudoin-lebon.com/





Je n'ai pas pu résister non plus à passer devant le nouvel espace d'Eric Dupont au 138 rue Vieille du Temple, ouvert jeudi soir aux happy fews et pour tout le monde à partir de samedi! Si vous n'avez rien ce samedi soir, donc, c'est l'endroit où il faut se rendre.
Je vous ferais découvrir bien sûr ce nouvel écrin dans un prochain numéro. En attendant, je voulais juste rendre un hommage à Eric Dupont, galerie exigeant, modeste et vrai découvreur de talents qui défend le travail de "ses" artistes depuis 15 ans avec une conviction inébranlable. Personnellement, j'ai vu beaucoup de belles expositions dans son espace de la rue Chapon. J'ai donc hâte de découvrir les prochaines! Mention spéciale au nouveau site internet, très bien fait. En attendant, quelques vues…












PASCAL CONVERT
HISTORY - CHILDHOOD
15 octobre - 30 novembre
Vernissage le 15 octobre de 13h à 18h

Nocturne le jeudi 20 octobre jusqu'à 22h

Damien Cabanes sera présenté à la FIAC comme nominé du Prix Marcel Duchamp
STAND N° 0E.42

GALERIE ERIC DUPONT
138 rue du Temple
75003 PARIS
mardi - samedi, 11h - 19h
http://www.eric-dupont.com/





Comme j'étais à deux pas, je suis passée à la galerie Dukan Hourdequin qui montre actuellement pour la première fois en France les œuvres de l'artiste tchèque Richard Stipl. Proches (cela saute aux yeux) des célèbres têtes de Franz-Xavier Messerschmidt, ces sculptures en argile ou en résine, hyperréalistes, vont vous donner vraiment froid dans le dos! Vous serez prévenus!
Cela étant dit, il est plaisant d'essayer de déceler les multiples références présentes dans le travail, tant populaires qu'historiques.




















Richard  Stipl   
Remembering Disasters   
jusqu'au 15 octobre   

galerie  dukan  hourdequin   
24  rue  Pastourelle   
mardi - samedi, 11h - 19h     
http://www.dukanhourdequin.com/






Direction ensuite une galerie qui vient tout juste d'ouvrir : la Galerie Sator, passage des Gravilliers (entre la rue du même nom et la rue Chapon). Quand on sait ce qu'était l'espace précédent, il faut féliciter le galeriste, Vincent Sator pour cette utilisation élégante de l'espace. (PS : et son salon cosy au sous-sol qui donne envie de rester.)
Cela ne gâche rien : l'ensemble des œuvres présentées pour cette première exposition est séduisant et très international (Russie, Chine, Japon, Grèce, Bulgarie et France). Cela mérite d'être souligné!. Les œuvres sont, à l'envi… :

Floues, avec les belles photographies d'Alexei Vassiliev.
Tricoteuses selon Muriel Decaillet.
...
Mégalo, non, Indispensables : Raphaël Denis propose ses messages aux collectionneurs d'art contemporain, entre cynisme et double jeu, que personnellement je trouve hilarants, et en même temps, ils touchent à un point fondamental du monde de l'art.
Vous pourrez retrouvez une très belle installation monumentale de Raphaël Denis à Chic Art Fair la semaine prochaine ainsi que quelques uns de ses messages chez… BACKSLASH dans notre prochaine exposition! La galerie Sator lui consacrera une exposition personnelle en novembre et décembre.




















INCIPIT
Alexei Vassiliev, Yevgeniy Fiks, Igor Makarevich, Muriel Decaillet, Raphaël Denis, Yan Heng, Yu Hirai, Kristina Irobalieva, Evangelia Kranioti et Gabriel Léger
jusqu'au 19 novembre
Galerie Vincent Sator
8 passage des Gravilliers
mardi - samedi, 14h - 19h
http://galeriesator.com/






Et enfin, cela faisait un bon mois que je voulais en parler : une nouvelle galerie s'est ouverte rue Chapon, à deux pas de Sémiose et Zürcher. La galerie ALB, pour Anouk Le Bourdiec, interpelle les passants avec sa devanture rouge. Mais c'est son important capital sympathie qui vous retient dans la galerie. Encore un(e) de ses jeunes galeristes qui vous accueille avec gentillesse, ouvert(e) aux questions, débonnaire. Ce qui me permet de me poser une question : que se passe-t-il lorsque l'on devient plus reconnu? Il doit forcément y avoir quelque chose qui change tant la différence de ton est flagrante. Mais je m'éloigne de mon sujet.
C'est donc depuis le 8 septembre que l'on vous accueille avec joie à la galerie ALB, qui présente le second volet de son exposition inaugurale. J'aime bien ce choix de rester dans des médiums traditionnels mais sous des formes qui ne lassent pas de vous surprendre, avec notamment l'oeuvre sur papier de Samuel Martin ou la tension présente dans la toile idyllique d'Yves Gobart. On est attiré aussi par la lumière rose qui se dégage du sous-sol. On se demande bien ce que l'on va y trouver lorsque la galeriste vous propose de descendre...

















Samuel Martin, Yves Gobart, Aurélie de la Cadière, Etienne Hacquin, Sonia Foulc
jusqu'au 23 novembre

La galerie participe à Cutlog avec l'oeuvre "Remy" d'Aurélie de la Cadière (le néon)

Galerie ALB
64 rue Chapon
www.galeriealb.com
mardi - samedi, 11h - 19h

Drawing Now 2012

Friday, 30 March 2012 10:16 Published in Blog

Le printemps… les foires à Paris

Parler de foires auxquelles Backslash ne participe pas, l’exercice est difficile et peut s’avérer dangereux ! Eviter la langue de bois, donc…

First round : Drawing Now, le désormais célèbre rendez-vous des collectionneurs de dessins contemporains. L’après-midi professionnel est le bon moment pour découvrir un salon sans trop de monde dans les allées. Et cette année promet d’être un bon cru !
La galerie Magnin-A présente quelques artistes africains et notamment un grand dessin d’Abu Bakaarr Mansaray présentant une machine complexe, comme décortiquée de sa structure, qui me rappelle une vision futuriste tout droit sortie d’un roman de George Orwell ou de Philip K. Dick.

La galerie rouennaise MAM montre un grand ensemble de portraits de nos chers playmobiles ! Avis aux amateurs et nostalgiques de l’enfance, ces œuvres sont d’une excellente qualité et l’art séculaire du portrait s’y trouve parfaitement respecté.

Le stand propose également des dessins de François Trocquet qui jouent avec maestria sur la notion de perspective.

Chez Patricia Dorfmann, on retrouve avec plaisir les chimères de Lionel Sabatté dont Séverine vous avait parlé la semaine dernière dans son rendez-vous du samedi.

Un peu plus loin, la future galerie parisienne XPO Gallery, déjà installée à Londres, montre les enfants géométriques de Cédric Quissola. Ne ratez surtout pas l’ouverture, rue Notre-Dame de Nazareth (et oui !) de nos confrères britanniques, le mois prochain !

Chez Claudine Papillon, l’excellence de Gaëlle Chotard ! Impossible de prendre une photo correcte tant la délicatesse de l’œuvre ne peut s’apprécier que dans le réel. A vous donc de faire le déplacement !

Autre point fort du stand : Lotta Hannerz et son endormi(e) qui envahit le visiteur dans la rêverie.

Chez Bernard Jordan, Guillaume Millet nous plonge dans des perspectives de vues d’expositions, ses propres vues d’expositions, sorte de mise en abîme par le dessin. A voir !

Attention coup de cœur : Thomas Lévy-Lasne, Aurore Pallet et leur hyper-sympathique galeriste Isabelle Gounod ! Thomas dont les aquarelles n’ont rien à envier au plus précis des pointillistes.

Aurore dont l’efficacité ne tremble pas derrière un trait de crayon sûr et agile.

Les belges Aeroplastics maintenant. J’avoue : j’adore ! Les explosions de Gavin Turk. Plus d’un artiste s’y sont frottés et lui ne déçoit pas !

Et puis il y a Mircea Suciu et ses grands formats que je vous recommande vivement !

Passons maintenant à la section Emergence ! Bon… Je ne vais pas vous mentir, il y a les copains !
Anouk d’abord ! A la galerie ALB Anouk Le Bourdiec, on est toujours bien reçu ! Samuel Martin présente des grands dessins sur toile où les situations absurdes contrebalancent le trait ultra précis. Des personnages nus rient et s’amusent devant leur maison en flammes ou complètement détruite, pastiches d’une modernité post-seconde guerre mondiale et parfois très américaine, du moins dans le rendu.

Et Didier ! Depuis l’ouverture de sa galerie à Marseille, Didier Gourvennec Ogor n’a de cesse d’oser et de relever des paris ! Nouvel exemple : un focus sur le travail de Timothée Talard. A la manière d’un travelling de cinéma, on devine le condensé d’une vie, ses moments-clés. The Age of Innoncence is Over et la dureté de la vie passe sur un être.

Adeline enfin ! Pour la galerie L.J., on n’a que du bon à dire également ! L’accrochage est dense mais ça lui va bien et les artistes sont chacun mis à l’honneur. Anne Geoffroy démultiplie ses lits de fer, images de pensionnats (proches de celles de la prison) et des souvenirs d’enfance parfois difficiles.

Brendan Monroe, lunaire et coloriste, étend ses paysages à perte de vue qu’un personnage vient parfois peupler dans une solitude complexe.



Le Musée Imaginaire de Catherine Millet, le VIP Lounge aux couleurs de Julien Colombier, …, ne ratez pas cette nouvelle édition de Drawing Now !


Allez hop ! Au grand Palais ! Premier essai pour Guillaume Piens. Art Paris, cette année, on y rentre facilement. Pas de file d’attente démesurée à l’entrée pour ce soir de vernissage et c’est agréable. Je vous ferai un compte-rendu en fin de foire, histoire de ne pas tout mélanger. Et les posts trop longs, on sait bien que personne ne les lit !




ARCHIVES

Prev Next Page: