Backslash gallery

A+ R A-
Odile Ouizeman

Yellow mood

Wednesday, 27 October 2010 15:11 Published in Blog

Le 22 octobre, Séverine s'est offert une journée jaune.

- Jaune comme le logo de slick d'où Séverine nous rapporte un petit aperçu :



 

Une pièce magnifique de Laurent Pernot chez Odile Ouizeman (la cage) dont le stand est superbe :

 

 

Très belle pièce d'Andrew Webb chez Annie Gentils Gallery (Anvers)


Le stand très particulier mais néanmoins très réussi chez Bodson-Emelinckx Gallery (bruxelles), solo show de l'artiste EVOL qui a remporté le prix Arte:





Très beau choix du nouveau fonds Canson pour l'art : l'artiste Fabien Mérelle (artiste de la galerie Jeanroch Dard, Paris)

 



Toile intéressante à la Gallery Etemad (Téhéran)

 

A noter aussi le très beau stand de la galerie Ilan Engel (paris) très élégant avec des oeuvres de Stephan Crasneanscki Solo Show Ulysses Syndrom Series Photographies & Installation sonore.

 

- Et jaune comme le bal du même nom (qui cette année, d'ailleurs, était bleu) :

Pas plus de photos sur ce bal car comme le dit l'adage: "What happens in Bal Jaune, Stays in Bal Jaune"...

 

SAMEDI, c'est GALERIES #23

Friday, 07 October 2011 15:03 Published in Blog

Pour ce 23e rendez-vous de SAMEDI, c'est GALERIES, je suis allée me balader dans un tout petit périmètre (parfois, cela suffit!) : rue des Coutures Saint-Gervais, rue du Perche et au 108 rue Vieille du Temple, en prenant comme prétexte d'aller découvrir une galerie que je voulais connaître depuis longtemps : la galerie Schirman et de Beaucé, mais aussi l'exposition de Vincent Ganivet chez Yvon Lambert qui me "disait" bien.

Mais d'abord direction la galerie Odile Ouizeman, dont je n'ai jamais parlé dans ce rendez-vous bien que j'aime beaucoup et depuis longtemps quelques uns des artistes qu'elle représente (notamment Laurent Pernot). Dans son bel espace, lumineux et ouvert, Odile Ouizeman met à l'honneur les peintures récentes d'Iris Levasseur. Je ne suis pas tellement réceptive à ce type de peinture habituellement mais je dois dire que dès l'entrée vous êtes saisis par l'étrangeté et la maîtrise qui se dégage des œuvres. Née en 72, l'artiste reprend, comme à son habitude, un thème important dans l'histoire de l'art : celui du portrait et de la figure humaine. Le corps est l’une des figures centrales de toute la démarche d’Iris Levasseur. Un corps hyper réaliste et ultra contemporain, appréhendé souvent de plein pied, à grande échelle, dans des couleurs assez incroyables et surtout à travers des saynètes déstabilisantes et inquiétantes dont vous avez du mal à décrocher les yeux. A mon avis, mais je ne suis sans doute pas la mieux placée pour le dire, un des plus beaux ensembles de l'artiste et à des prix somme toute raisonnables pour de si grands formats… A voir donc, ne serait-ce que pour l'accueil charmant et discret qui est réservé aux visiteurs!


















IRIS LEVASSEUR
Amnésie
jusqu'au 29 octobre

Galerie Odile Ouizeman
10 - 12 rue des Coutures Saint-Gervais
Mardi - samedi 11h - 19h
http://www.galerieouizeman.com






Tout près dans la même rue, je ne pouvais pas manquer l'exposition de Gilles Balmet, dont beaucoup de monde m'a parlé. L'artiste y présente plusieurs séries, et notamment des œuvres créées au Japon, à Kyoto plus précisément, où l'artiste était en résidence pendant 6 mois. Toute la finesse et la liberté de ce travail vient du contrôle dans les divers procédés décidés et dans les accidents qui en découlent. Qu'est-ce que cela donne concrètement? Des paysages qui semble tendre vers l'abstraction, ou peut-être le contraire. Des matières stupéfiantes sur des supports d'une qualité exemplaire (notamment ceux réalisées au Japon sur papier Washi avec de l'encre Sumi). Ceux que j'ai préféré : la série “Ink Mountains” et les gouttelettes pulvérisées qui s’écoulent dans “Waterfalls”.


















GILLES BALMET
Silver Mountains
jusqu'au 12 octobre 2011

Galerie Dominique Fiat
16 rue des Coutures Saint-Gervais
du mardi au samedi  de 11h à 19h
http://www.dominiquefiat.com






Il suffit de traverser la rue (Vieille du Temple) pour se retrouver rue du Perche. Caroline Schirman et Esther de Beaucé nous propose de découvrir une artiste berlinoise bien connue Outre-Rhin : Caro Suerkemper, que les plus pointus avaient eu l'occasion de remarquer à l'exposition "A Rebours" au Centre Culturel Suisse. Tout de suite, on est frappé par l'opposition entre la forme très doucereuse des œuvres (céramiques et gouaches aux couleurs enfantines, avec un côté tarte à la crème) et leur sujet : un érotisme appuyé teinté de grotesque. Les corps de femmes s'empilent, s'empalent ou sont définitivement ligotés…

















Caro SUERKEMPER
Grâce et Dignité

CAROLINE SCHIRMAN & ESTHER DE BEAUCÉ
7bis - 9 rue du Perche
Mardi au vendredi 11h à 19h
Samedi 14h à 19h30
http://www.schirman-debeauce.com







Retour rue Vieille du Temple, où avant d'aller chez Yvon Lambert, je fais un saut pour voir l'exposition de Carlos Cardenas, nouveau directeur de la galerie Xippas. On pourrait dire que “There are two sides to every coin, and two sides to your face” s'exprime dans la mixité et la multiplicité autant que dans la confrontation et la convergence. Une exposition complexe en somme, qui ne se laisse pas aller au simplisme ni à la facilité.
Variété des origines géographiques des artistes, multiplicité des pratiques, jeunes artistes et artistes reconnus se côtoient dans une exposition qui ne délaisse pourtant ni les formes ni les idées. Je vous laisse découvrir par vous-même. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé les œuvres de Sophie Bueno-Boutellier et de Claudia Wieser. Finalement, "There are two sides to every coin, and two sides to your face” reflète bien, je pense, l'esprit qui anime Carlos Cardenas depuis tant d'années, qui vous accueille avec toujours autant de gentillesse…




 
















 

There are two sides to every coin, and two sides to your face
carl andre, farah atassi, sophie bueno-boutellier, stéphane calais, martin soto climent, andy coolquitt, alistair frost, anthea hamilton, evan holloway, rashid johnson, bruce nauman, raha raissnia, claudia wieser
jusqu'au 29 octobre

Galerie Xippas
108 rue vieille du temple
du mardi au vendredi 10h00 - 13h00 et 14h00 - 19h00
samedi 10h00 - 19h00
http://xippas.com





Et pour finir, une très très belle double exposition : Candida Höfer et Vincent Ganivet à la galerie Yvon Lambert. Pour être tout à fait franche, je pensais qu'il s'agissait de deux expositions personnelles conjointes et bien que ces deux artistes m'intéressent beaucoup en eux-mêmes, j'y allais un peu blasée, en tout cas en ne pensant pas avoir de réelle découverte, tant leur travail est reconnaissable et identifié. Mais ce qu'il y a de bien dans les expositions, c'est que l'on a souvent des surprises! Les œuvres de Candida Höfer accrochées dans les deux salles mythiques de la galerie dialoguent incroyablement bien avec les sculptures de Vincent Ganivet. Ces dernières apportent une radicalité et une fraicheur, une certaine ironie aussi, aux photographies. Et il y a sans aucun doute une certaine justesse qui se joue ici...

 



















Candida Höfer
Erinnern

Vincent Ganivet
Noli me tangere

jusqu'au 9 octobre

Galerie Yvon Lambert
108 rue Vieille du Temple
mardi - samedi 10h - 19h
http://www.yvon-lambert.com


SAMEDI, c’est GALERIES #37

Friday, 30 March 2012 14:24 Published in Blog

En cette semaine dédiée au dessin, SAMEDI, c'est GALERIES prend le relai du post de Miss D. sur DRAWING NOW et se consacre exceptionnellement à son HORS LES MURS à seulement quelques minutes de la foire.

Vous ne pouvez pas louper l'entrée de l'immeuble rue de Richelieu avec ses grandes bannières et une immense œuvre de Jacques Villeglé en façade. Artiste invité par Philippe Piguet, il nous parle en hiéroglyphes. Attention quand même de ne pas vous laisser absorber par le déchiffrage et la contemplation, la circulation va à toute vitesse!




Après un accueil chaleureux, vous pouvez découvrir un très beau grand format d'Iris Levasseur représentée par la galerie Odile Ouizeman. Outre l'étrangeté envoutante du sujet, on retrouve bien le "coup de pinceau" (ou plutôt ici "le coup de crayon") admirable de l'artiste.






Dans une grande salle, sont mis face à face, dans un accrochage sobre et qui laisse respirer les œuvres, un fusain de Nina Fowler (Galerie Dukan Hourdequin), des dessins de Le Gun dans des cercueils (Exquisite Corpse Series, Galerie Suzanne Tarasiève), un grand format de Jérôme Zonder, qui vient habilement compléter l'exposition récente chez Eva Hober, bien que j'ai préféré les œuvres vues à la galerie à celle présentée ici, et enfin des découpages de Mathias Schmied (Galerie Olivier Houg). Ce dernier a découpé et plastifié des pages de comics (en VF: de bandes dessinées), ne retenant que des explosions ou des éléments d'architecture, pour ensuite les agencer en une frise. Le procédé est original et l'ensemble vraiment magnifique! J'ai beaucoup aimé.














Il faut oser pousser un rideau, dans cette même salle, pour découvrir une installation incroyable d'Eric Winarto (Galerie Charlotte Moser). Une longue bande qui semble faite de diverses séquences est éblouissante. Réalisé avec de l'acrylique blanche que fait vibrer la lumière noire, le dessin est minutieux et en même temps d'une belle sensibilité. Voici encore une variante bien peu traditionnelle du dessin!










Toujours au rez-de-chaussée, une petite salle est consacrée à Pierre Weiss, invité par Catherine Millet (auteure cette année du Musée Imaginaire de Drawing Now).




D'autres surprises nous attentent à l'étage, avec à gauche plusieurs salles consacrées à Gilgian Gelzer (Galerie Jean Fournier), qui joue avec les perspectives avec de grands traits rouges et bleus.








A droite, d'immenses dessins-écritures au ton sarcastique et militant de Charles Derenne (Galerie du Jour - Agnès B.) viennent envahir les murs blancs.






Et puis une superbe vidéo, Other Faces, de William Kentridge (Marian Goodman) qui vous retient, avec une bande-son troublante et l'habituel talent de l'artiste. Prenez 9 minutes pour voir la vidéo. Elle est visible également à la galerie dans le cadre d'une exposition autour du dessin (Dean, Penone, Orozco, Toroni et Wiener).






On change ensuite radicalement d'univers avec les fragiles dessins et les sculptures de Catherine Melin (Galerie Isabelle Gounod). Toute en retenue, l'artiste a inscrit avec une grande délicatesse ses structures étranges, éléments d'architecture, objets, on ne sait, qui répondent avec grâce à d'autres structures, tangibles celles-ci, en bois calciné, presque intemporelles.












On termine avec un grand format de Nina Fowler.




Je ne peux que vous recommander cette visite à l'opposée des stands bien alignés et de la foule. C'est tout à l'honneur de Drawing Now et des exposants que de nous proposer cette respiration.
C'est un peu comme se balader dans des galeries le samedi : avoir tout son temps pour regarder les œuvres et faire quelques rencontres. Il y a d'ailleurs pas mal de galeries qui ont joué le jeu avec une programmation tournée vers le dessin, voire des expositions pensées vers cette actualité!
A samedi prochain!

Drawing Now Hors les murs
17 rue Richelieu
jusqu'au 1er avril
http://www.drawingnowparis.com

ARCHIVES

Prev Next Page: