Backslash gallery

A+ R A-
JeanLuc Verna

Echoes

Monday, 28 February 2011 17:53 Published in Blog

Il y a un mois, j'ai vécu une expérience extraordinaire : la visite commentée de l'exposition Echoes au Centre Culturel Suisse.  Cela n'a l'air de rien comme cela, bien sûr.

Le mercredi 2 février, j'arrive rapidement au Centre Culturel Suisse, à 19h précises. Je ne me doutais encore de rien. Nous étions (très) peu à attendre. Au bout de quelques minutes, Olivier Kaeser, co-directeur, avec Jean-Paul Felley, du Centre et commissaire avec lui de l'exposition Echoes, se présente. A partir de là, je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais les minutes se sont envolées. 2h30 d'une visite inoubliable où le commissaire nous explique les origines de cette exposition consacrée aux liens (aux échos) entre les arts plastiques et la musique, les précurseurs de cette aventure, les réflexions qui ont été menés, les oeuvres qui ont été choisies, pourquoi cette oeuvre en particulier, pourquoi elle est présentée en lien avec telle autre, etc. Le thème est pourtant bien connu. Cependant, les explications simples, accessibles mais concises et documentées d'Olivier Kaeser vous font voyager, apprendre, comprendre. On se laisse prendre par son enthousiasme et on oublie le temps.

Ce sont ces moments qui nous font nous rappeler pourquoi l'on a choisi de travailler et de s'intéresser à l'art contemporain. Ces moments où l'on rentre fatigué mais heureux.

 

Une nouvelle visite commentée de l'exposition a lieu ce jeudi 3 mars à 19h. Je ne saurais trop vous encourager à vous y rendre.

Car il y a la visite, certes. Mais l'exposition en elle-même est sublime. Vous y (re-)découvrirez les oeuvres d'artistes renommés comme Jean-Luc Verna, Dominique Blais, Francis Baudevin, Saâdane Afif, Isa Genzken, Dewar & Giquel, John Armleder ou moins connus comme Sandrine Pelletier, Su-Mei Tse, et bien d'autres, dans une exposition à taille humaine mais dense et passionnante. Son point fort est d'y rassembler des oeuvres non sonores mais pétries par la musique, des instruments aux musiciens, du matériel utilisé aux icônes contemporaines.

 

 

Photo: © Marc Domage

 

Photo: © Marc Domage

 

Photo: © Marc Domage

 

Photo: © Marc Domage

 

Photo: © Marc Domage

 

Photo: © Marc Domage

 

Echoes

jusqu'au 10 avril

 

Visites de l'exposition avec Jean-Paul Felley et Olivier Kaeser, co-directeurs du Centre culturel suisse et commissaires de l'exposition Echoes les mercredi 2 février, jeudi 3 mars et mardi 5 avril (visite à 19h, entrée libre dans la limite des places disponibles)

 

 

Vous pourrez découvrir également l'exposition Unisson, entre cabinet de curiosités et véritable bibliothèque visuelle, pensée par Francis Baudevin et qui regroupe les photographies de Catherine Ceresole. Cette artiste suisse a abondamment couvert les scènes musicales new-yorkaise et suisse, sur plusieurs décennies. Ses photos sont présentées en regard d’autres éléments tels que fanzines, affiches, ephemera et nombreux disques.

 

Photo: © Marc Domage

 

Unisson

commissariat de Francis Baudevin

jusqu'au 10 avril

 

Centre Culturel Suisse

38 rue des Francs-Bourgeois (au fond du passage)

du mardi au dimanche : 13 h - 19 h

http://www.ccsparis.com

 

 

Enfin, n'hésitez pas non plus à vous rendre Galerie du Jour Agnès B., rue Quincampoix, pour voir l'exposition Musique plastique, qui invite une vingtaine de plasticiens et/ou musiciens a présenter des oeuvres qui synthétisent cette double pratique. A voir notamment la très belle installation de Pierre Belouin et P. Nicolas Ledoux dans le project room, ainsi que celle d'Etienne Charry, parmi beaucoup d'autres...

 

Etienne Charry

 

Pierre Belouin et P. Nicolas Ledoux

 

Pierre Belouin et P. Nicolas Ledoux

 

Musique Plastique

jusqu'au 2 avril

 

Galerie du Jour Agnès B.

44 rue Quincampoix

mardi-samedi 12h-19h

http://www.galeriedujour.com

 

 

 

 

SAMEDI, c'est GALERIES #7

Friday, 04 March 2011 17:48 Published in Blog

Pour le (déjà) 7e rendez-vous de SAMEDI, c'est GALERIES, je me suis rendue dans la très plébiscitée rue Saint-Claude et sa petite soeur perpendiculaire, la rue des Arquebusiers. S'y côtoient aujourd'hui bon nombre de galeries de haut niveau. Aussi agréable qu'il soit, mon temps de ballade du vendredi est toujours un peu compté, force est de faire un choix. Voici donc une petite sélection, ultra subjective, et dans un périmètre restreint.

Rue des Arquebusiers, la galerie Eva Hober est actuellement fermée mais je vous recommande de vous tenir informé de l'exposition de Pauline Bastard, nouvelle artiste de la galerie, dont on a pu voir les oeuvres dans quelques bonnes expositions récemment. C'est définitivement une artiste à suivre et son solo est prévu pour le printemps.

Galerie Eva Hober
9 rue des Arquebusiers
mardi - samedi 11h - 19 h
http://www.evahober.com


La très sérieuse galerie art:concept, que j'ai souvent visitée avec plaisir rue Louise Weiss, s'est installée dans la rue début 2010 et n'a rien perdu de son identité. La galerie accueille le deuxième volet d'un cycle d'expositions, dont le premier épisode s'est tenu à la galerie Schleicher + Lange en janvier, que je n'ai malheureusement pas vu. Même si l'ensemble est assez flou, j'ai surtout aimé de ce deuxième opus la vidéo cinglante et finalement assez drôle de Nate Harrison présentée dans la salle du fond (attention, haute concentration requise!) et surtout les travaux de Jonathan Binet, ces multiples traces que vous retrouvez sur les murs de la galerie.

Irmavep Club
Livret II
avec Jonathan Binet, Maurice Blaussyld, Nate Harrison et Michael Pfisterer
jusqu'au 26 mars

Art : Concept
13 rue des Arquebusiers
mardi - samedi 11h - 19 h
http://www.galerieartconcept.com


Direction ensuite la bien plus jouissive exposition de Patrick Guns dans le bel espace de la Galerie Polaris, avec un accueil sympathique du maître des lieux. May 35th plutôt que le 4 juin (1989, Tian'anmen), évoque l'idée de la censure d'état et de la répression. Politique, l'exposition est également drolatique, et c'est bien cela qui fait sa force.
Et puis, les banderoles d'insultes en forme de guirlandes de fêtes foraines qui trônent au-dessus du du bureau du galeriste sont hilarantes.

Patrick Guns
May 35th
jusqu'au 30 mars

Galerie Polaris
15 rue des Arquebusiers
mardi - vendredi 13h - 19 h
samedi 11h - 13h et 14h - 19 h
http://www.galeriepolaris.com/

Petit arrêt à la galerie Sultana, qui présente une exposition très formelle de Bettina Samson. Cette artiste qui confronte dans sa pratique science et magie, histoire et mystère. Des sculptures alignées, réalisées en céramique, émaillées d'iridium (que l'on trouve notamment dans les météorites) et recouvertes de platine, font face à des photographies en noir et blanc, obtenues par exposition du papier photo à de la pechblende… Difficile à écrire et à prononcer… mais le résultat est sublime!

Bettina Samson
Fedor Poligus
jusqu'au 26 mars

Sultana
12 rue des Arquebusiers
mardi - samedi 11h - 19 h
http://www.galeriesultana.com


A deux pas, la galerie Philippe Jousse, qui s'est installée également dans le quartier en 2010, présente un artiste que j'aime beaucoup et suis depuis longtemps : Martin Le Chevallier. Pour sa deuxième exposition personnelle à la galerie, il y présente une installation monumentale qui se regarde depuis la rue, ou, j'ai presque envie de dire, qui vous observe. Des gradins envahissent en effet toute la vitrine de la galerie et l'on se retrouve dans la position un peu inconfortable du regarder regardé.
La pièce de l'exposition est une installation de quatre écrans sur lesquels le film L'an 2008 se déploît. J'avais déjà vu sur Arte ce film où des personnages stéréotypés venus des quatre coins de la planète échangent leurs points de vue sur la mondialisation, s'accusent mutuellement de ses dommages collatéraux et parfois s'en excusent. La présentation du film sur quatre écrans prend alors tout son sens, et une toute autre dimension.


Martin Le Chevallier
Solipsismes
jusqu'au 26 mars

Galerie Jousse
6 rue Saint-Claude
http://www.jousse-entreprise.com


Au 7, presque juste en face, la galerie Alain Gutharc nous donne à voir une exposition de groupe qui prend comme point de départ une oeuvre d'Henri Michaud. Les oeuvres s'articulent en effet parfaitement autour de l'écriture. J'ai toujours aimé aller chez Gutharc, pour la qualité de ses expositions et l'accueil toujours chaleureux. Là encore, l'exposition est très belle, simple mais efficace, poétique et directe. Elle présente des artistes reconnus (le très grand Jean-Luc Verna, Claude Lévèque, Joël Bartoloméo) et émergents (Estefania Penafiel Loaiza, Miri Segal) dans un ensemble très convainquant.
Coup de coeur pour la vidéo d'Estefania Penafiel Loaiza, où les mots s'écrivent et s'effacent en même temps, d'une simplicité surprenante mais dont la poésie et la portée vous captivent.

Joël Bartoloméo


Estefania Penafiel Loaiza


Jean-Luc Verna

"Comment dire…"
avec Joël Bartoloméo, Claude Lévèque, Charles Lopez, Henry Michaux, Antoinette Ohanessian, Estefania Penafiel Loaiza, Miri Segal, Jean-Luc Verna
jusqu'au 26 mars

Galerie Alain Gutharc
7 rue Saint-Claude
mardi - samedi 11h - 19 h
http://www.alaingutharc.com


Autre exposition collective, autre ambiance chez Frank Elbaz avec Des années de poudres recouvrant des années de jaune. Invités par Gyan Panchal, artiste de la galerie, Sara Barker, Jesus Alberto Benitez et Mélanie Blaison partagent tous une attention particulière au matériau, entre sculpture et matière, photographie et peinture. Etant particulièrement touchée par cette esthétique du sensible, je dois dire que la beauté qui se dégage de l'exposition m'a vraiment bluffée.
Les sculptures de Sara Barker, à la limite de la chute, dialoguent avec perfection avec les photographies et dessins de Jesus Alberto Benitez. Une vraie découverte avec les oeuvres de Mélanie Blaison, d'une modestie incroyable: moulages en plâtre de mobilier ou d'objets trouvés, présentés comme des fragments, fragiles et pourtant si réels. Une exposition à ne pas louper!


Sara Barker


Jesus Alberto Benitez


Mélanie Blaison

Des années de poudres recouvrant des années de jaune
Sara Barker, Jesus Alberto Benitez et Mélanie Blaison
sous le commissariat de Gyan Panchal
jusqu'au 26 mars

Galerie Frank Elbaz
7 rue Saint-Claude
mardi - samedi 11h - 19 h
http://www.galeriefrankelbaz.com


Entre les deux galeries précédentes, vous pourrez aller découvrir un duo Mathias Schweizer / Olivier Mosset à la galerie Torri, qui a ouvert en 2010!


Mathias Schweizer  / Olivier Mosset
Cool way
jusqu'au 26 mars

Galerie Torri
7 rue Saint-Claude
mardi - samedi 11h - 19 h
http://www.galerietorri.com



Pour finir, car il faut bien se résoudre à terminer la ballade, la galerie Anne Barrault propose une exposition de Ramuntcho Matta, artiste pour le moins éclectique qui aime multiplier les collaborations interdisciplinaires. Pour sa troisième exposition à la galerie, qui s'appuie sur le thème de l'attente, avec musique en fond, canapé bancal et dessins déstabilisants aux murs. Une  exposition bien plus subversive qu'il n'y parait au premier abord...




Ramuntcho Matta
La salle d'attente
jusqu'au 26 mars

Galerie Anne Barrault
22 rue Saint-Claude
mardi - samedi 11h - 19 h
http://www.galerieannebarrault.com



SAMEDI, c'est GALERIES #17

Friday, 01 July 2011 10:12 Published in Blog

 

Dans les galeries, juillet est un moment traditionnellement dévolu aux expositions de groupe, parfois appelées "expositions d'été" ou "summer shows" en version anglaise. Elles ne bénéficient pas d'une bonne réputation, et il est vrai qu'elles peuvent être un peu "fourre-tout". Elles sont surtout liées au calme de juillet après les grands messes que sont Art Basel et la Biennale de Venise. Il ne faut pourtant pas juger trop vite et aller voir d'un peu plus près.

Nombreuses sont les galeries qui ont ouvert ou ouvrent actuellement une exposition de groupe effectivement mais beaucoup témoignent d'une vrai réflexion, voire d'une prise de risque, autour d'une thématique ou d'une invitation faite à un commissaire.

Je vous en propose cette semaine un exemple ainsi qu'un petit tour d'horizon des autres expositions thématiques en cours.

 

 

La galerie Bertrand Grimont présente jusqu'au 30 juillet, en collaboration avec Samy da Silva, co-commissaire de l'exposition, et Chloé Dragna pour la sélection vidéo, BODY NO/BODY, petit essai sur le thème bien connu du corps. Loin d'être pompeuse ou dans la redite, la sélection explore quelques territoires et mythes liés à certaines représentations du corps mises en avant par quelques artistes. L'équilibre entre des oeuvres très visuelles, s'exprimant sur des supports plus traditionnels, présentées au rez-de-chaussée, et les oeuvres vidéos au sous-sol, est assez intéressant.

 

 

L'on tombe d'abord en arrêt devant quatre toiles aux dominantes sombres de Benjamin Renoux, qui traitent d'un thème non moins sombre : "La vie à deux", un homme et une femme gisant sous un luminaire clinique, dans un entre-deux plein de recueillement et de délicatesse.

 

Benjamin Renoux, La vie à deux #1 et #2, c-print et huile sur toile, 95 x 68 cm chaque toile, 2010

Courtesy Galerie Bertrand Grimont

 

 

En face, les oeuvres sur papier de Patrick Bernatchez, Sophie Jodoin et Jean-Luc Verna entament un dialogue entre différentes sensibilités qui se déploient toutes autour de la dimension des rêves, contes et légendes, figures hybrides et chimères ou encore dans des imaginaires sombres et étranges.

 

 

On découvre les "Chrysalides" de Patrick Bernatchez, créatures humanoïdes féminines, les dessins de Sophie Jodoin, auxquels j'ai plutôt préféré le collage montré un peu plus loin, ainsi que quelques oeuvres envoûtantes de Jean-Luc Verna. Jean-Luc Verna, immense artiste, représenté par la galerie Air de Paris, et qu'il n'est plus besoin de présenter tant on a pu le voir dans de nombreuses expositions. Je vous emmènerais d'ailleurs très bientôt chez Air de Paris pour l'exposition "Freaks and Geeks" qui s'est ouverte ce jeudi et qui a l'air absolument fabuleuse.

 

Patrick Bernatchez, Etude pour chrysalides, mine de plomb sur papier, 20 x 25 cm, 2009

Courtesy Galerie Bertrand Grimont

 

Sophie Jodoin, Fist, collage sur mylar, 19 x 24 cm, 2010

Courtesy Galerie Bertrand Grimont

 

Jean-Luc Verna, (we are) a happy family, transfert sur papier ancien rehaussé de crayon et de fard, 33 x 31 cm, 2003

Courtesy Galerie Air de Paris

 

 

Une sculpture de Tarik Essalhi, "Gardienne", simplement posée à même le sol, interpelle, entre silhouette humaine et chrysalide.

 

Tarik Essahli, La gardienne, plâtre, 50 x 46 x 40 cm, 2011

Crédit photo: Aurélien Mole. Courtesy Galerie Bertrand Grimont

 

 

C'est au sous-sol que l'on découvre avec ravissement "Constellation du cerf, (harpe)" de Julien Salaud, artiste très prometteur, que l'on a pu voir récemment dans l'exposition Rituels à la Fondation Ricard. Plongé dans le noir, un réseau de fils exposés à la lumière noire nous fait découvrir ce trophée tout en majesté.

 

 

 

Julien Salaud, Constellation du cerf (harpe), 2011, 127 x 63 x 55 cm, tête de cerf, pointes, fil de coton blanc, lumière noire

Crédit photo: Aurélien Mole. Courtesy Galerie Bertrand Grimont

 

 

Enfin, une boucle d'une quarantaine de minutes rassemble des vidéos de durées diverses :

 

"Dualism" et "Absent II" par Anders Weberg

"Eric" de Combes & Renaud

Diego & Toni Garbini avec "You've turned me into / armchair

Anne-Sophie Emard (Galerie Odile Ouizeman) avec "Temps mort 2"

Lydie Jean-Dit-Pannel clos et relance le cycle avec "L-INK", un travelling lent de 16 minutes sur une multitude de bras tatoués.

 

 

Lydie Jean-Dit-Pannel, "L-INK", vidéo numérique, 16 mn, 2010

Courtesy Galerie Bertrand Grimont

 

 

Vous avez d'ailleurs tout le loisir de les découvrir, ainsi que les autres oeuvres, grâce au blog consacré à  l'exposition, très bon outils et dont je trouve l'initiative remarquable : http://bodynobody.blogspot.com

 

 

BODY NO/BODY

Patrick Bernatchez, Combes & Renaud, Jennifer Douzenel, Anne-Sophie Emard (Galerie Odile Ouizeman), Tarik Essalhi, Toni & Diego Garbin, Sophie Jodoin, Lydie Jean-Dit-Pannel, Benjamin Renoux, Julien Salaud, Jean-Luc Verna (Galerie Air de Paris), Anders Weberg

jusqu'au 30 juillet

 

Galerie Bertrand Grimont

47 rue de Montmorency

mardi - samedi 14h - 19h

http://www.bertrandgrimont.com

 

 

 

 

Vous pourrez également voir au gré de vos vagabondages d'autres expositions de groupe dont je ne peux vous rendre compte ici :

 

 

Rue Chapon, la galerie Sémiose propose une réflexion sur le devenir contemporain du paysage.

 

L'avenir du paysage

Amélie Bertrand, Guillaume Dégé, Piero Gilardi, Jacques Julien, Laurent Le Deunff, Robert Morris, André Raffray, Taroop & Glabel, Julien Tiberi

jusqu'au 30 juillet

 

Sémiose galerie et éditions

54 rue Chapon

mardi-samedi 11h-19h

http://www.semiose.com

 

 

 

Un peu plus loin, la Galerie Papillon présente "Is History Gallery Story ?" avec de grands noms de l'histoire de l'art, que la galerie a exposé il y a de nombreuses années. Un titre alléchant...

 

Is History Gallery Story ?

Joseph Beuys, George Brecht, Günter Brus, Michael Buthe, Erik Dietman, Robert Filliou, Hreinn Fridfinnsson, Sigmar Polke, Dieter Roth, Wolf Vostell

 

CLAUDINE PAPILLON

13 rue Chapon

mardi-samedi 11-19h

http://www.claudinepapillon.com

 

 

Laurent Godin vient d'inaugurer une exposition consacrée aux oeuvres sur papier.

 

Paperwork

Scoli Acosta, Claude Closky, Delphine Coindet, Philippe Durand, Aleksandra Mir, Vincent Olinet, Gérard Traquandi, Wang Du

 

GALERIE LAURENT GODIN

5 rue du Grenier Saint-Lazare

mardi-samedi 11h-19h

http://www.laurentgodin.com

 

 

Initiative intéressante, Sutton Lane invite une consoeur d'Outre-Rhin.

 

Klosterfelde visits Sutton Lane

 

SUTTON LANE

6 rue de Braque

mardi-samedi de 14h à 19h

www.suttonlane.com

 

 

La galerie Frédéric Giroux présente une exposition fort alléchante également sur (je généralise) une certaine contre-culture.

 

Sex, drugs and queer spirits

Aa Bronson, Barbara Ess, Delphine Kreuter, Justin Lowe, Ugo Rondinone, Jean-Luc Verna

 

GALERIE FRÉDÉRIC GIROUX

8 rue Charlot

mardi-samedi 11h-19h

http://www.fredericgiroux.com

 

 

La galerie Les Filles du Calvaire invite Marie Doyon qui propose une exposition autour de la notion de fragilité.

 

Intentions fragiles

Ismaïl Bahri, Taysir Batniji, Walead Beshty, Julie Chaumette, François Daireaux, Isabelle Ferreira, James Hyde, Bernhard Kahrmann, Jérémy Laffon, Jim Lee, Colombe Marcasiano, Vincent Mauger, Joris Van de Moortel, Paul Pouvreau

 

GALERIE LES FILLES DU CALVAIRE

17 rue des Filles du Calvaire

mardi-samedi 11h-18h30

http://www.fillesducalvaire.com

 

 

La galerie Perrotin propose, elle, dans ses deux espaces, une exposition autour de trois grands artistes et des éditions d'artistes que j'irais certainement voir, étant donné que je trouve le sujet intéressant bien que le titre soit un tantinet pompeux, que les artistes semblent a priori à l'opposé les uns des autres et je ne sois pas  entièrement convaincue de l'énoncé du communiqué de presse comme quoi le marché de l'art porte une importance moindre aux éditions d'artistes et multiples. Je pense aux contraire que les galeries et amateurs d'art ont compris l'importance tant artistique que commerciale de ces oeuvres. Mais ce sera certainement le sujet d'un autre post.

 

Une histoire des éditions

Joseph Beuys, Marcel Duchamp, Takashi Murakami

 

GALERIE EMMANUEL PERROTIN

76 rue de Turenne, et 10 impasse Saint Claude

mardi-samedi 11h-19h

http://www.galerieperrotin.com

 

 

D'ailleurs, il serait intéressant de savoir ce qu'en pense une galerie spécialisée depuis de nombreuses années dans ce domaine. La galerie de multiples rend en ce moment hommage aux femmes.

N'oubliez pas non plus de voir la dernière proposition du cycle "The Wall" de Christophe Cuzin à la galerie et dont je vous avais parlé dans SAMEDI, c'est GALERIES #13.

 

Une femme est une femme

Virginie Barré, Johanne Bouvier, Tracey Emin, Isa Genzken, Regine Kolle, Josephine Meckseper, Martha Rosler, Laurie Simmons

 

GALERIE DE MULTIPLES

17 rue Saint Gilles

mardi-samedi 14h - 19h

http://www.galeriedemultiples.com

 

 

Rue Saint-Claude, Alain Gutharc propose lui aussi une exposition sur le thème du paysage.

 

Paysages

Véronique Ellena, Guillaume Janot, Guillaume Linard-Osorio, Charles Lopez, Marlène Mocquet, Vincent J. Stoker

 

GALERIE ALAIN GUTHARC

7 rue Saint-Claude

mardi-samedi 11h-13h / 14h-19h

http://www.alaingutharc.com

 

 

Et la galerie Polaris une exposition au titre intriguant.

 

Dream it - achieve it - leave it

Eric Aupol, Yto Barrada, Stéphane Couturier, Patrick Guns, Christian Lhopital, Assaf Shoshan, John Casey, Clémence Van Lunen, Bart Baele, Christophe Terlinden

 

GALERIE POLARIS

15 rue des Arquebusiers

mardi-vendredi 13h-19h et samedi 11h-13h / 14h-19h

http://www.galeriepolaris.com

 

 

Rive gauche, Fabienne Leclerc présente les oeuvres de 10 artistes autour de l'idée du schéma et du réseau.

 

Art / Système / Poésie

Renaud Auguste-Dormeuil, Gilles Barbier, Damien Deroubaix, David Diao, Mark Dion, Mark Lombardi, Ward Shelley, Suzanne Treister, Patrick van Caeckenbergh, Jorinde Voigt

 

IN SITU FABIENNE LECLERC

6 rue du pont de Lodi

mardi-samedi 11h-19h

http://www.insituparis.fr

 

 

Et Hervé Loevenbruck un ensemble de sculptures.

 

Sculptures

Virginie Barré, Jean Dupuy, Asger Jorn, Tony Matelli, Bruno Peinado, Werner Reiterer, Alina Szapocznikow, Morgane Tschiember

 

GALERIE LOEVENBRUCK

6 rue Jacques Callot

mardi-samedi 14h-19h

http://www.loevenbruck.com

 

 

Enfin, comme je vous le disais, Air de Paris vient de vernir une exposition conçue par castillo/corrales, "un espace d'exposition indépendant créé en 2007 à Belleville par un groupe d'artistes, de critiques et de commissaires d'exposition bien dans leurs jeans" autour de la série TV culte "Freaks and Geeks".

 

Freaks and Geeks

Jay Chung and Q Takeki Maeda, Jana Euler, James Franco, James Hoff and Danny Snelson, Aaron Flint Jamison, Tobias Kaspar, Brian Kennon, Nina Könnemann et Amy Yao

 

AIR DE PARIS

32 rue Louise Weiss

mardi-samedi 11h-19h

http://www.airdeparis.com

 

 

Quant à la galerie BACKSLASH, nous avons décidé de réserver une place d'honneur à ce type d'exposition en invitant deux commissaires reconnus à confronter leur vision de la création contemporaine pendant la FIAC et jusqu'en décembre. A suivre donc...

 

SAMEDI, c'est GALERIES #22

Friday, 30 September 2011 17:11 Published in Blog

 

 

Les jours passent, la rentrée est chargée et il y a tant d'expositions de qualité à voir! Comme toutes les semaines, ce sont les galeries, reconnues ou plus confidentielles, dans un éclectisme réjouissant, qui sont célébrées. Cette semaine, je vous emmène du côté des galeries du 13e arrondissement, dont le dynamisme est connu et s'est enrichi d'autres structures, d'initiatives privées ou publiques.

 

 

 

On commence par l'espace tenu par Nathalie et Christophe Daviet-Thery qui présentent actuellement une édition de Pablo Bronstein ainsi que diversions publications.

 

 

 

 

Important façade, 2011

Gravure colorée à la main

56,5 x 147 cm

Edition de 7 + 3 EA signées et numérotées

photo:  rebecca fanuele. Courtesy Christophe Daviet-Thery, Paris

 

 

 

PABLO BRONSTEIN
BOOKS AND PRINT
jusqu'au 22 octobre

 

Christophe Daviet-Thery

34 rue Louise Weiss

du mardi au samedi de 11h à 19h

http://www.daviet-thery.com

http://davietthery.wordpress.com/

 

 

 

 

 

Je suis une grande admiratrice du travail de Jean-Luc Verna, que l'on a souvent eu l'occasion de voir ici ou là ces derniers temps, mais également de la galerie Air de Paris, certainement l'une des galeries les plus inventives que je connaisse. Cette fois, c'est avec une grande exposition personnelle que l'oeuvre de "La Verna" est célébrée, avec un titre que je trouve sublime : “Vous n’êtes pas un peu beaucoup maquillé ?” - “Non”.

J'avais vu passer pas mal de vues de l'exposition mais comme toujours, la visite vaut le détour. On se trouve dès l'entrée face à une oeuvre imposante et typique du travail de l'artiste : "Paramour", inspirée du célèbre logo des films Paramount, dont une autre version "Silver Paramor" est présentée un peu plus loin.

Une musique (rock) se déclenche soudain dans l'espace et confère à la visite une autre dimension, plus décontractée et plus totale.

On découvre en vrac : des tirages noir et blanc, portraits grand format de l'artiste dont le corps fait oeuvre, intimes et saisissants, classiques tout en étant d'une grande contemporanéité ; des transferts sur bois dont l'aspect un peu brut contraste avec la finesse des dessins (certains ont des excroissances de cheveux, de plumes ou de "perfectos"); des oeuvres en verre, dans une vitrine, d'une finesse incroyable.

Finalement, toute la magie de l'oeuvre de Jean-Luc Verna est là: à la fois inscrite dans un temps précis et absolument universelle, rebelle et choquante, en marge, et pourtant d'un classicisme absolu, digne, et pour finir d'une grande maîtrise plastique.

Quand on sort, on tombe sur la réjouissante "Glissade dans la merde" qui nous fait partir avec un sourire sur les lèvres...

 

 

Courtesy galerie Air de Paris

 

 

Courtesy galerie Air de Paris

 

 

Courtesy galerie Air de Paris

 

 

Courtesy galerie Air de Paris

 

 

Courtesy galerie Air de Paris

 

 

Courtesy galerie Air de Paris

 

 

Courtesy galerie Air de Paris

 

 

Courtesy galerie Air de Paris

 

 

 

JEAN-LUC VERNA
“Vous n’êtes pas un peu beaucoup maquillé ?” - “Non”
jusqu'au 15 octobre 2011

 

Air de Paris
32 rue Louise Weiss

du mardi au samedi de 11 h à 19 h

http://www.airdeparis.com

 

 

 

 

 

Vient ensuite, presque à l'opposé, une exposition du très dynamique designer Robert Stadler. Je préfère vous le dire d'emblée : je ne suis malheureusement pas du tout "calée" en design, ni en "art-design" dont j'entends parler depuis quelques temps. Mais il n'est point question de ce dernier. Bien que l'immense Robert Stadler ait bénéficié de très très nombreuses expositions et publications, c'est donc en néophyte que j'ai visité cette exposition chez Triple V.

Je préférerais citer le designer lui-même dans le texte écrit par Vincent Pecoil et qui m'a permis de mieux comprendre son propos :

 

« à quelques exceptions près, comme par exemple la diffusion de la cuisine américaine, le plan de nos appartements est toujours aussi statique, les objets se trouvent toujours à la même place et les territoires d'expérimentation individuelle sont toujours aussi rares : la sortie plafonnière reçoit une suspension sous laquelle est placée une table, autour de laquelle sont posées des chaises, et un peu plus loin une télévision fait face à un canapé. »

 

L'exposition nous invite donc à reconquérir une certaine liberté quand à notre intérieur, à s'affranchir des conventions en vigueur. Intéressant. J'ai pour ma part autant apprécié l'esthétique des propositions présentées que leur liberté nouvelle. Je vous laisse découvrir en images et dans le désordre un porte-manteau libéré de son mur habituellement statique, un "Bout de canapé" qui n'en est pas un, un plafonnier qui peut se déplacer et modifier la configuration habituelle de notre salon et, enfin, la proposition de consacrer mur entier d'un appartement à l'expression anarchique. Cela donne presque envie de s'y mettre en rentrant.

 

 

Courtesy Triple V, Paris. Photos © droits réservés

 

 

Courtesy Triple V, Paris. Photos © droits réservés

 

 

Courtesy Triple V, Paris. Photos © droits réservés

 

 

Courtesy Triple V, Paris. Photos © droits réservés

 

 

Courtesy Triple V, Paris. Photos © droits réservés

 

 

Courtesy Triple V, Paris. Photos © droits réservés

 

 

Robert Stadler bénéficie également de deux autres expositions personnelles chez Carpenters Workshop Gallery jusqu'au 12 novembre, à Londres et à Paris (dans l'ancien espace de la Galerie de France).

 

 

Robert Stadler Wild at Home

jusqu'au 15 octobre

 

Triple V

24 rue Louise Weiss

du mardi au samedi de 11h à 19h

http://triple-v.fr/

 

 

 

 

On arrive ensuite, en ligne droite, à l'espace parisien du cneai, le centre national d'art imprimé situé à Chatou, dont la programmation est très dynamique (conférences, performances, invitations, etc.) A l'occasion de la sortie du n°5 de la revue " J'aime beaucoup ce que vous faites...  de Christian ALANDETE et Agnès VIOLEAU, le cneai propose jusqu'à demain une exposition de John Cornu, dont j'aime beaucoup le travail. L'artiste présente notamment 25 polyèdres (en béton?) comme tirés par magie d'une gravure d'Albrecht Dürer, Melencolia I, qui donne son titre à l'ensemble. Un bel ensemble de tirages, joliment abstraits, en réalité des gouttes de pluie photographiées de nuit, vient compléter l'ensemble.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

John Cornu

Melencolia
jusqu'au 1er octobre

 

cneai de paris
20 rue Louise Weiss
du mardi au samedi 11h - 19h
http://www.cneai.com

 

 

 

 

Une découverte, un peu plus loin, lorsque l'on s'aventure rue Duchefdelaville : Display art projects, bureau de conseil en art  créé par Liza Szlezynger dont les activités multiples se traduisent aussi par des expositions. En ce moment, une collaboration très graphique entre  Karina Bisch et Mai-Thu Perret, la trentaine, qui se sont inspirées d'un motif de 1924 composée par Varvara Stepanova (la femme de Rodchenko et figure du constructivisme). Les tableaux de Karina Bisch font écho au papier peint de Mai-Thu Perret dans un effet saisissant!

 

 

Crédit photo : Rebecca Fanuele. Courtesy DISPLAY art projects, Paris

 

 

KARINA BISCH et MAI-THU PERRET
PATTERN
jusqu'au 29 octobre

 

DISPLAY art projects
10 rue Duchefdelaville

Sur rendez-vous et le jeudi et le vendredi de 14h à 19h
http://www.display-artprojects.com

 

 

 

 

 

Et pour finir, rue du Chevaleret, entre les deux grandes expositions annuelles de la collection Rosenblum, Steve et Chiara Rosenblum reçoivent pour quelques jours les lauréats 2011 des Amis des Beaux-Arts de Paris. Il faut oser passer la porte, que dis-je, l'immense entrée noire monumentale, suivre les panneaux, résister à la tentation de voir ce qu'il se trame derrière les murs, longer des couloir et monter des escaliers. Parce qu'à l'arrivée, il y a une modeste mais très belle exposition.

Sur une proposition du label hypothèse, "comme elle vient" propose une exposition efficace des différents lauréats des prix décernés cette année par les Amis des Beaux-Arts. Personnellement, j'ai beaucoup aimé la très impressionnante sculpture de Sarah Feuillas, toute en équilibre, ainsi que les "dessins" de Mathieu Bonardet, étudiant en 4e année, dont la finesse et la simplicité m'ont touché. Ceux qui me connaissent ne s'étonneront pas de mon inclination pour ce type de travail.

Très belles également, les oeuvres sur papier de Claire Chesnier qui s'étendent et font respirer l'ensemble. Enfin, la vidéo END credits d'Achraf Touloub qui détourne avec humour le générique d'un film pour en faire tout autre chose...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

comme elle vient
Mathieu Bonardet - prix agnès b.

Claire Chesnier - prix agnès b.

Marin Esteban - prix de la Fondation Jean-François et Marie-Laure de Clermont-Tonnerre

Sarah Feuillas - prix de la Fondation Venet

Jean-Baptiste Moreira Bessa - prix Aurige Finance
Achraf Touloub - prix Thaddaeus Ropac

une proposition du label hypothèse

jusqu'au 1er octobre de 10h30 à 18h30

 

Rosenblum Collection & Friends
183 rue du Chevaleret
http://rosenblumcollection.fr/

 

 

 

Et bien sûr, non loin de là et parce qu'il fait un temps à continuer la ballade, vous pouvez également passer chez Three Star Books (sur rendez-vous) qui présente Simon Starling et au très pointu centre d'art Bétonsalon.

 

SIMON STARLING
jusqu'au 14 octobre

 

Three Star Books
49 rue Albert

sur rendez-vous du lundi au vendredi de 10h à 18h
http://www.threestarbooks.com

 


JIKKEN KÖBÖ
Commissariat : Mélanie Mermod
jusqu'au 29 octobre

 

Bétonsalon
9 esplanade Pierre Vidal-Naquet
http://www.betonsalon.net

 

Pour toute information, le site internet du quartier : http://www.louise13.fr/

 

ARCHIVES

Prev Next Page: