Backslash gallery

A+ R A-
François Pinault

Le LACMA s’offre la collection Berggruen

Friday, 20 January 2012 08:33 Published in Blog

Le LACMA s’offre la collection Berggruen

Nicolas, le fils du grand marchand d’art allemand Heinz Berggruen, s’allie au musée de Los Angeles et à son mécène Eli Broad*, en prêtant à l’institution, et ce sur le long terme, un certain nombre de pièces de sa propre collection.

Nicolas Berggruen

Une immense installation de l’artiste américain Chris Burden vient déjà de partir en Californie. Metropolis II représente un circuit de voitures et de trains au sein d’une ville miniature. Cette pièce restera pendant dix années dans l’enceinte du musée.

Metropolis II de Chris Burden

Le reste de la collection du philanthrope s’axe autour des artistes allemands, tels que Martin Kippenberger, Joseph Beuys ou encore Gerhard Richter mais propose également des œuvres de plasticiens de la côte Ouest américaine, notamment Ed Ruscha, Paul McCarthy ou Mike Kelley.  
Rappelons que l’héritier est un des trustees du LACMA.

Le LACMA, version Eli Broad

A l’instar d’un François Pinault, le projet de Nicolas Berggruen d’ouvrir un musée à Berlin avait dernièrement capoté dû aux conditions d’achat du terrain mises en place par la ville. Pas de Pallazzo Grassi pour Berggruen mais sa collection en Californie !


* En 2008, Eli Broad avait sauvé le LACMA en offrant une annexe au musée pour un coût de 56 millions de dollars + 10 millions pour les acquisitions.

Eli Broad



L’île Seguin, le retour !

Saturday, 11 February 2012 12:13 Published in Blog


Souvenez-vous, un François Pinault décontenancé et coi devant une administration française à son sommet et fidèle à sa réputation ! Résultat : direction Venise !

Le pari est relancé : un pôle des arts plastiques et visuels ouvrira (ou pas) sur l’emplacement des anciennes usines Renault d’ici à 2015. Les investissements y seront publics et privés. Et c’est à l’omniprésent Jean Nouvel qu’a été confié le projet (25 000 m2 tout de même)

Le projet donc : outre des lieux d’expositions, un certain nombre de galeries devraient s’y installer, des salles de ventes, un labo photo, des entrepôts, une menuiserie, etc.… Les organisateurs y promettent également des évènements, des happenings… C’est bien ! Car c’est loin ! Il faudra donc donner envie de s’y rendre.
Un beau programme que l’on a hâte de découvrir !


En parlant d’Art à Paris… avec du retard…

Tuesday, 03 April 2012 11:01 Published in Blog

En parlant d’Art à Paris… avec du retard…

Un soir de vernissage comme les autres, mais cette fois, on est accueilli d’entrée par le gratin du monde de l’art ! Pour ne citer qu’eux : Henri-François Debailleux, Philippe Piguet, Larry Gagosian, François Pinault, Marin Karmitz, Amaury de Solages…



Et c’est Joël Ducorroy qui nous propose cette balade dans l’antre du marché de l’art, sur le stand de la galerie Baudoin-Lebon. Fun, isn’t it ?

Un peu plus loin, la nouvelle recrue Templon : Kehinde Wiley et ses fameux portraits de jeunes issus de la rue sur des fonds de tableaux anciens. On adore !

Et on adore aussi la vision de Chiharu Shiota, une robe de poupée (ou de jeune baptisée) dans ses imbroglios de fils, qui fait penser à une hommage quelque peu mortuaire.


On fait quelques pas, on continue l’allée et on tombe sur le stand de Catherine Issert. Respect total ! Un stand magnifique où la sobriété rivalise avec la beauté de chaque pièce présentée.

Que ce soit François Morellet, Pascal Pinaud, Claude Viallat ou encore Xavier Theunis, toutes les œuvres s’admirent une par une et ne laissent aucune place au doute ou à l'à-peu-près. Bravo ! Incontestablement le grand moment de la foire !

Des ballons en ciment flottent au-dessus du stand de De Primi Fine Art.

Une belle sélection chez Catherine Houard…

Un sublime Bruno Peinado chez Mario Mauroner Contemporary !

La sobriété classieuse du stand d’Ilan Engel et le brio des photographies de Stephan Crasneanscki dans lesquelles on ne découvre la couleur qu’au plus près. Chapeau !

 

Les copains de la galerie Paris-Beijing !!! Toujours un monde fou sur leur stand et ça fait plaisir ! Le top de la création contemporaine chinoise mais pas que, on appréciera Nandan Ghiya ou Jean-Francois Rauzier.

Next booth is Bertrand Grimont ! Linda Sanchez présente un « tissu de sable », comme abandonné sur le sol, qui traduit une forme de poésie quasi abstraite où la matérialité deviendrait une sorte de nécessité créatrice.



Voilà, la première édition de Guillaume Piens pour Art Paris. Résultat : de très très beaux stands mais aussi des doutes sur certains (dont je n’ai pas parlé… diplomatie oblige), une impression de second marché très forte également. Voyons sur la durée…

 

ARCHIVES

Prev Next Page: