Backslash gallery

A+ R A-
May 2012

SAMEDI, c’est GALERIES #41

Friday, 25 May 2012 14:57 Published in Blog

Les peintures d'Ellsworth Kelly n'ont pas fait l'objet d'exposition à Paris depuis 20 ans! Qu'on se le dise, SAMEDI, c'est GALERIES sort de son habituelle promotion de la jeune création pour se perdre dans la contemplation de l'exposition de Kelly à la galerie Marian Goodman.

Immense galerie qui depuis plus de 30 ans promeut artistes américains et européens sur les 2 continents. Dès 1965, Marian Goodman a commencé dans l'édition de multiples avec les plus grands (Lewitt, Warhol, Smithson, Oldenburg, etc.) puis elle a ouvert sa galerie à New York en 77 avec la première exposition personnelle aux États-Unis de… Marcel Broodthaers!
Eternelle passeuse entre son pays et toute l'Europe, c'est en 1995 qu'elle ouvre une antenne à Paris. L'espace qu'elle occupe à Paris rue du temple existe depuis presque 15 ans.

4 peintures. 4 panneaux de bois peints en blanc, sur lesquels se superposent en partie des panneaux courbes de couleur verte, rouge, jaune ou bleue.
Cela peut ne pas sembler très palpitant d'emblée. Et pourtant, l'émotion est là. La force des œuvres vous submerge. Et comment parler aussi de l'engagement, celui de l'artiste, celui de la galerie.
Bien sûr, Ellsworth Kelly est un artiste consacré, sa galerie internationalement reconnue. Où est le risque me direz-vous? Aucun. C'est la force de la proposition qui frappe.

Ellsworth Kelly, à 88 ans, l'un des plus grands maîtres de l'abstraction américaine, revient à Paris avec son habituelle et déconcertante simplicité qui, pourtant, n'en finit pas de questionner l'autonomie de l'art et la beauté de la forme.

Si j'écris "revient à Paris", c'est que l'artiste entretient avec la ville une longue histoire d'amour qui commence en 1948. C'est à cette période justement qu'il dessine pendant une représentation au Théâtre Marigny "Relief in Blue, une courbe qui reprend celle du rideau de théâtre… Se libérant ainsi de la figuration.

Je ne vais pas gloser longtemps sur cette exposition. Il y a suffisamment de matière sur le travail de Kelly. Comme toujours, je me contenterais de vous proposer quelques images en espérant que vous vous y rendrez...



courtesy Galerie Marian Goodman



courtesy Galerie Marian Goodman



courtesy Galerie Marian Goodman



courtesy Galerie Marian Goodman



courtesy Galerie Marian Goodman



courtesy Galerie Marian Goodman


Ellsworth Kelly
Curves on White (Four Panels)
jusqu'au 13 juillet

Galerie Marian Goodman
79 rue du Temple
mardi - samedi 11h - 19h
http://www.mariangoodman.com

Bref, on a encore fait une foire!

Friday, 25 May 2012 14:24 Published in Blog

Slick Bruxelles, le off

Bon ça fait un peu un mois qu'on est revenu mais le temps passe si vite… Je voulais tout de même vous faire une petite visite off de la foire off d'ArtBrussels, la bien nommée Slick.

Première édition belge pour l'équipe de Slick et un endroit magnifique, la Wild Gallery, sise vers la gare du Midi. Backslash est venu, a vu et a aimé!
Voici en images quelques instants de notre séjour bruxellois, entre montage de stand, soirées, vernissages et démontage.




Premier jour, arrivée à la Wild Gallery:



Les camions belges ont une manière bien à eux de se garer haut perché!





La signalétique des sous-sols de la Wild, très important!





Petit intermède culinaire au Wiels, pause déjeuner pendant le montage...





Le montage donc! Des caisses, des outils, des œuvres et des vélos!




Une fois le stand monté, on file à la soirée d'un collectionneur bien connu.
Ambiance chantier, le personnel porte des casques dans la buvette qui sert des soupes chaudes (en l'an 2012, un froid terrible sévissait sur Bruxelles), les incontournables excellentes frites belges, etc.




Le temps de l'expo…



… et hop, on retourne à la buvette! On y croise tout le monde de l'art franco-belge et on est comme chez soi!




Un peu plus tard, le parking désaffecté ouvre pour une garage-party bien ambiancée dans une atmosphère bleutée. On parle art entre artistes, foires entre marchands, actualité entre journalistes.




Jour de vernissage sur Slick, un intermède rose vient délecter les visiteurs.




Comme dans toutes les villes du monde, les galeristes profitent des foires pour venir des expositions. Un petit tour de galeries s'impose, notamment dans l'impressionnant espace d'Almine Rech.




Sur la foire, rencontre entre directeur artistique, jeune artiste talentueux et marchand.



Enfin, après une semaine artistique épuisante entre stand, soirées et gastronomie belge, vient le démontage. C'est toujours un moment un peu triste mais avouons qu'il est bon de rentrer chez soi aussi et de pouvoir enfin se reposer un peu!



Prochaine étape : Bâle, la grande messe de l'art contemporain! On vous racontera, promis!

SAMEDI, c’est GALERIES #40

Friday, 18 May 2012 16:50 Published in Blog

SAMEDI, c'est GALERIES (le 40e!) reprend après une petite pause, due au montage de notre exposition actuelle, pour s'intéresser à un très bel ensemble d’œuvres de Gregory Derenne que vous pouvez voir en ce moment à l'incontournable galerie Bertrand Grimont.

Ceux qui s'intéressent à l'art contemporain le plus pointu connaissent bien cette galerie de la rue de Montmorency que l'on peut retrouver également dans les foires prestigieuses et les revues de qualité.
Gregory Derenne est l'un de mes artistes favoris à la galerie. Je ne pouvais pas ne pas vous en parler ici.
Diplômé de l'ENSBA en 2007, l'artiste a un univers bien à lui, entre lumière aveuglante et obscurité. Ou plutôt, il part du noir pour nous amener vers la lumière, laissant une part d'ombre omniprésente. Le caractère dramatique de ses œuvres est renforcé par cette tension entre la précision de certains traits et l'évanescence qui caractérise les autres. Et c'est cette tension et cette maitrise qui vous marquent quand vous regardez les toiles de Gregory Derenne, qui prend à l'inverse comme sujets des environnements éphémères et souvent illusoires, se situant toujours en retrait ou d'un point de vue inhabituel, comme un peu mélancolique.

Après lui avoir consacré une première exposition personnelle en 2010, la galerie Grimont réitère avec conviction cette année. L'exposition se nomme "Sunlights" et montre un ensemble autour, surtout, des… cathédrales et églises! Encore une fois, l'artiste prend le contrepied de ce que l'on attend de lui et s'intéresse à ces monuments d'éternité. Vitraux et claire-voies sont prétextes à de superbes jeux de lumière et de couleurs tandis que piliers et architectures sont ceux de lignes de fuite qui rentrent dans l'obscurité.
Vous ne pourrez que vous perdre dans ces œuvres pleines de grâce et de subtilité!




























Gregory Derenne
"Sunlights"
jusqu'au 7 juin

Galerie Bertrand Grimont
47 rue de Montmorency
mardi - samedi 14h-19h
http://www.bertrandgrimont.com

ARCHIVES

Prev Next Page: