Backslash gallery

Error
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 63
A+ R A-
Saturday, 22 January 2011 18:19

Tous VIP !

  • Written by 
Rate this item
(2 votes)

Samedi 22 Janvier. Paris, il fait gris, il pleut. Un temps à ne pas mettre un chat dehors.
Ca tombe finalement bien car aujourd'hui se lance quelque chose d'assez novateur dans un secteur qui semblait figé. C'est aujourd'hui l'ouverture de la VIP Art Fair. Une foire d'art contemporain totalement en ligne. Premier évènement de cette ampleur. Les plus grands galeristes internationaux, Gagosian (toujours lui), White Cube,... se sont associés pour cette première.

Pour mieux appréhender l'importance de cette nouvelle, il faut bien considérer plusieurs paramètres :

Il y a encore 2 ans, alors que toutes les marques se jetaient dans le social et le community management, les galeristes trouvaient qu'un profil Facebook ou Twitter ne servait à rien. Que dire des campagnes Ad Word ou encore des problématiques de SEO ?

Loin des préoccupations on-line, les galeristes avaient laissé les maisons de ventes aux enchères préempter les ventes on line. Elles étaient donc les seules à offrir le don d'ubiquité aux collectionneurs.

Pour finir, s'il est vrai que tout le monde ou presque fait ses courses en ligne, vous conviendrez du fait que le prix d'un Pollock n'est pas le même que celui d'une boîte de ravioli, ce qu'El Pais résumait très bien en titrant: « Comprar un Warhol en pantuflas ». Je vous laisse traduire.

C'est donc en pantoufles que je me connecte, une fois le pic d'audience passé et les serveurs remis en route de l'énorme claque qu'ils viennent de prendre, sur une interface  plutôt froide, à l'ergonomie correcte. Je réussi donc enfin à me loguer sur la fameuse VIP (Viewing in Private) Art Fair, je rentre mon mot de passe VIP, choisis mon avatar VIP parmi une liste M. VIP I, M. Vip II, Mrs... et part à la découverte de cet évènement.

Découvrons l'engin:











Sentiment numéro un: déroutant !

Pas un bruit, pas d'agitation ni de visage connu. Normal je suis chez moi. Pas de choc visuel non plus. Les images défilent, toutes à la même taille. Seul mon avatar me permet d'imaginer la taille de l'oeuvre que je regarde. Aucun galeriste ne me regarde ni ne me jauge (plutôt agréable) Il est cependant possible de leur parler via un module de chat. Passées les galères de connexion, (j'aimerais juste pouvoir jeter un oeil aux statistiques par curiosité), et l'interface rugueuse prise en main, un second sentiment naît.

C'est rapide, efficace, le tour des galeries qui m'intéressent est fait en 5 minutes. C'est pragmatique. C'est limpide, les coûts sont réduits pour les galeries, les collectionneurs peuvent acheter en toute tranquilité, sans contrainte de déplacement ni d'horaire. C'est cela. C'est une initiative pragmatique, à l'image d'Internet, optimisée et calibrée pour les collectionneurs. De l'Internet dans toute sa splendeur, permettant aux galeristes de pouvoir suivre le parcours d'un collectionneur, ou d'un directeur de musée. Traçabilité, ciblage, centres d'intérêt, tout y est.

 

Parfait donc ?

 

Oui sauf que ce soir, je n'ai pas eu envie de vous faire partager le choc et le bonheur de la pièce monumentale d’Anish Kapoor sur le stand Mennour de la FIAC, non. Ce soir, je parle d'ergonomie, de traçabilité, de serveurs et de pics d'audience. Que dire des photos que je vous présente ? Des captures d'écran. Voilà 2 heures que je tourne dans cette foire, je n'ai parlé à personne n'ai serré aucune main et n'ai pris aucun rendez vous pour partager une bière ou un dîner à la Kunsthalle ce soir. Je ne me pense pas réactionnaire, je me sens dans mon époque, mais pour moi, cette foire n'en est pas vraiment une car l'exceptionnel est devenu commun. Je déroule des listes de galeries et d'oeuvres comme les rayons du site de la FNAC. Quand on songe à ce que propose Internet aujourd'hui avec le streaming live, les mondes virtuels interactifs, les modules de conversation vidéo Skype ou encore la réalité augmentée, je trouve que ce projet n'est pas à la hauteur de ses ambitions.

Beaucoup d'argent, de publicité et de bruit pour un site qui me rappelle l'Internet de l'an 2000.
Vivement Bâle !

 

Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated.
Basic HTML code is allowed.

ARCHIVES

Prev Next Page: