Backslash gallery

Error
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 68
A+ R A-
Friday, 30 March 2012 10:16

Drawing Now 2012

Rate this item
(1 Vote)

Le printemps… les foires à Paris

Parler de foires auxquelles Backslash ne participe pas, l’exercice est difficile et peut s’avérer dangereux ! Eviter la langue de bois, donc…

First round : Drawing Now, le désormais célèbre rendez-vous des collectionneurs de dessins contemporains. L’après-midi professionnel est le bon moment pour découvrir un salon sans trop de monde dans les allées. Et cette année promet d’être un bon cru !
La galerie Magnin-A présente quelques artistes africains et notamment un grand dessin d’Abu Bakaarr Mansaray présentant une machine complexe, comme décortiquée de sa structure, qui me rappelle une vision futuriste tout droit sortie d’un roman de George Orwell ou de Philip K. Dick.

La galerie rouennaise MAM montre un grand ensemble de portraits de nos chers playmobiles ! Avis aux amateurs et nostalgiques de l’enfance, ces œuvres sont d’une excellente qualité et l’art séculaire du portrait s’y trouve parfaitement respecté.

Le stand propose également des dessins de François Trocquet qui jouent avec maestria sur la notion de perspective.

Chez Patricia Dorfmann, on retrouve avec plaisir les chimères de Lionel Sabatté dont Séverine vous avait parlé la semaine dernière dans son rendez-vous du samedi.

Un peu plus loin, la future galerie parisienne XPO Gallery, déjà installée à Londres, montre les enfants géométriques de Cédric Quissola. Ne ratez surtout pas l’ouverture, rue Notre-Dame de Nazareth (et oui !) de nos confrères britanniques, le mois prochain !

Chez Claudine Papillon, l’excellence de Gaëlle Chotard ! Impossible de prendre une photo correcte tant la délicatesse de l’œuvre ne peut s’apprécier que dans le réel. A vous donc de faire le déplacement !

Autre point fort du stand : Lotta Hannerz et son endormi(e) qui envahit le visiteur dans la rêverie.

Chez Bernard Jordan, Guillaume Millet nous plonge dans des perspectives de vues d’expositions, ses propres vues d’expositions, sorte de mise en abîme par le dessin. A voir !

Attention coup de cœur : Thomas Lévy-Lasne, Aurore Pallet et leur hyper-sympathique galeriste Isabelle Gounod ! Thomas dont les aquarelles n’ont rien à envier au plus précis des pointillistes.

Aurore dont l’efficacité ne tremble pas derrière un trait de crayon sûr et agile.

Les belges Aeroplastics maintenant. J’avoue : j’adore ! Les explosions de Gavin Turk. Plus d’un artiste s’y sont frottés et lui ne déçoit pas !

Et puis il y a Mircea Suciu et ses grands formats que je vous recommande vivement !

Passons maintenant à la section Emergence ! Bon… Je ne vais pas vous mentir, il y a les copains !
Anouk d’abord ! A la galerie ALB Anouk Le Bourdiec, on est toujours bien reçu ! Samuel Martin présente des grands dessins sur toile où les situations absurdes contrebalancent le trait ultra précis. Des personnages nus rient et s’amusent devant leur maison en flammes ou complètement détruite, pastiches d’une modernité post-seconde guerre mondiale et parfois très américaine, du moins dans le rendu.

Et Didier ! Depuis l’ouverture de sa galerie à Marseille, Didier Gourvennec Ogor n’a de cesse d’oser et de relever des paris ! Nouvel exemple : un focus sur le travail de Timothée Talard. A la manière d’un travelling de cinéma, on devine le condensé d’une vie, ses moments-clés. The Age of Innoncence is Over et la dureté de la vie passe sur un être.

Adeline enfin ! Pour la galerie L.J., on n’a que du bon à dire également ! L’accrochage est dense mais ça lui va bien et les artistes sont chacun mis à l’honneur. Anne Geoffroy démultiplie ses lits de fer, images de pensionnats (proches de celles de la prison) et des souvenirs d’enfance parfois difficiles.

Brendan Monroe, lunaire et coloriste, étend ses paysages à perte de vue qu’un personnage vient parfois peupler dans une solitude complexe.



Le Musée Imaginaire de Catherine Millet, le VIP Lounge aux couleurs de Julien Colombier, …, ne ratez pas cette nouvelle édition de Drawing Now !


Allez hop ! Au grand Palais ! Premier essai pour Guillaume Piens. Art Paris, cette année, on y rentre facilement. Pas de file d’attente démesurée à l’entrée pour ce soir de vernissage et c’est agréable. Je vous ferai un compte-rendu en fin de foire, histoire de ne pas tout mélanger. Et les posts trop longs, on sait bien que personne ne les lit !




Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated.
Basic HTML code is allowed.

ARCHIVES

Prev Next Page: